Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Semaine de verité: les yeux rivés vers la HCC

Semaine de verité: les yeux rivés vers la HCC

La HCC statuera sur les résultats officiels du premier tour de la présidentielle du 7 novembre, ce mercredi. Elle déterminera la suite du processus électoral.

Durant les 48 heures à venir, le contexte politique sera suspendu à l’attente de la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC). Les juges d’Ambohidahy, comme l’avait annoncé le directeur de cabinet du président de cette institution, proclamera en effet aussi bien les résultats officiels du premier tour que les suites des plaintes déposées par certains candidats.

En attendant, les supputations vont bon train quant à la possibilité de voir ou non les résultats fournis par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) évoluer dans un autre sens. D’autant que la HCC utilise d’autre logiciel que celui utilisé par la Ceni. Il faut également signaler que, dans un premier temps, tous les candidats arrivant en tête du premier  tour avaient torpillé la Ceni par sa façon de traiter les résultats émanant des régions. C’est à ce titre que des recours ont été déposés auprès des juges constitutionnels avant que, dans un second temps, le clan Ravalomanana ne se ravise en retirant leur plainte.

Seconde hypothèse

Il y a aussi ceux qui défendent un probable léger changement de score des deux candidats arrivant en première ligne, à en juger les anomalies constatées ici et là, lors du premier tour, mais que cela ne devrait pas impacter sur la tenue du second tour. Le fait que l’Union européenne et la Ceni ont signé récemment un accord de financement du projet de Soutien au cycle électoral à Madagascar (Sacem), à travers une enveloppe de près de 1.290.000 dollars, pourrait conforter cette hypothèse.

«Avec cet appui, l’UE réaffirme son soutien à la tenue d’élections crédibles, transparentes et inclusives, dans le cadre constitutionnel, ainsi que son engagement pour le renforcement de la démocratie à Madagascar. Les élections de 2018 représentent une étape importante de ce processus », avait d’ailleurs avancé Giovanni Di Girolamo, ambassadeur de l’Union européenne. Sauf que cette crédibilité semble remise de plus en plus en question, du moins en ce qui concerne l’organe en charge des opérations électorales.

En tout cas, face à ces débats liés aux traitements des résultats du premier tour, la HCC avait communiqué le 21 novembre dernier, que les anomalies et autres irrégularités font l’objet de traitement pour correction. En plus, «en cas d’anomalie grave, la Cour procède à la demande de documents électoraux complémentaires, pouvant aller jusqu’à réclamer les bulletins de vote en vue de procéder à un nouveau comptage». Elle a également tenu à rassurer que «toutes les opérations sont menées afin de faire respecter la sincérité du vote».

 

Rakoto

 

 

Les commentaires sont fermées.