Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Parc National Mikea: douze hectares de forêts primaires défrichés

Parc National Mikea: douze hectares de forêts primaires défrichés

Douze hectares de forêts primaires du parc national Mikea de la commune rurale Mileanaka, district de Toliara II, ont été détruits par défrichement par la population environnante, selon la Direction régionale de l’Environnement, de l’écologie et des forêts (Dreef) de l’Atsimo Andrefana, en marge du forum national sur la lutte contre le trafic des ressources naturelles ayant pris fin à Toliara ce vendredi.

A part ce désastre, 30 foyers de charbon, ayant chacun près 7 m de longueur, 3 m de largueur et 1,40 m de profondeur, ainsi que 25 autres pré-foyers d’environ 8 m de longueur, 4 m de largeur et 1,50 m de hauteur ont également été découverts sur les lieux. Une descente effectuée par une brigade mixte, constituée par les éléments du Dreef,  la gendarmerie de Tsianisiha et  l’équipe du parc, a conduit à l’arrestation d’une dizaine de personnes qui ont été prises en flagrant délit. Elles ont ensuite été déférées le 14 novembre au tribunal de première instance de Toliara.

Sensibilisation à outrance

Le 12 août dernier, les parties prenantes locales, dont la commune de Marofoty, la brigade de gendarmerie de Tsianisiha, les chefs fokontany sur place, le Comité d’orientation et de soutien à l’aire protégée (Cosap), la structure de sécurité du pacte communautaire Dina Be et Madagascar national parks (MNP) se sont mis d’accord pour prendre toutes les dispositions nécessaires afin de stopper la dégradation massive du parc.

Des sensibilisations directes sur terrain, renforcées par l’organisation de manifestation et par les diffusions sur les médias locaux, ont été menées depuis. Or, Cela n’empêche pas certains malintentionnés, aveuglés par leur intérêt personnel, à faire la sourde oreille. Le ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts (Meef) réclame ainsi une sanction exemplaire venant du tribunal à leur endroit.

Des projets d’appui

Parmi la population avoisinante du parc, 5.000 personnes sont bénéficiaires de différents projets d’appui dont le Plan de sauvegarde sociale et environnementale (PSSE). Des sous-projets de développement tels que l’aviculture, la promotion des cultures sèches, la distribution de semences, de boutures et matériel de pêche ont aussi été réalisés dans ce sens. L’objectif est la participation effective de la communauté environnante à la conservation du parc.

Sera R.

 

Les commentaires sont fermées.