Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique:: le plein s’il vous plaît

Quatre mille, quatre mille deux cents, quatre mille six cents, quatre mille huit cents et cinq mille. Stop ! Cinq mille ariary. La bouteille est pleine. Le taxi peut repartir. Cinq mille ariary, c’est ce que coûte le remplissage de la bouteille à la station-service.

Parce qu’à la station-service un chauffeur de taxi remplit plus souvent une bouteille que le réservoir de son véhicule. Notons toutefois que les taxis sont loin d’être les seuls à circuler en faisant des sauts de puce de cinq mille en cinq mille ariary. Cette unité est devenue la norme pour la majorité de ceux qui paient le carburant de leur poche. Et cela fait encore pas mal de monde.

Prendre un taxi, c’est donc ne pas s’étonner de l’arrêt inopiné à une station-service au milieu de la course. Il faut prendre son mal en patience, d’autant plus que cette escale inopportune est un moyen de prévenir la panne sèche, encore trop fréquente hélas malgré les nombreuses stations-service.

Sinon, on peut prendre le bus. Le trajet du bus est réglé comme du papier à musique mais sa durée est très aléatoire. Comme tout le monde, le chauffeur éteint son moteur aussi souvent qu’il le peut dans les embouteillages. Après il faut redémarrer et ce n’est pas toujours évident. On comprend mieux le rôle du receveur-aide chauffeur-homme à tout faire. Mais travailler en binôme n’immunise pas le véhicule, et ses passagers, de l’inévitable halte à la station-service.

A la différence du taxi, le bus, qui est souvent un minibus, ne se contente pas d’un billet rose pour renflouer son réservoir. C’est à coup de dix mille ariary que se comptent ses sauts de puce, à la discrétion du chauffeur. C’est précisément dans cet usage discrétionnaire que le chauffeur du bus et le chauffeur du taxi se rejoignent : ni l’un ni l’autre n’estiment nécessaire de pousser la correction jusqu’à informer leur aimable clientèle d’un contretemps. Il ne manquerait plus qu’on leur demande de présenter des excuses !

Dites, en passant, combien de billets de dix mille ariary font un plein de carburant pour un taxi ordinaire?

 

Kemba Ranavela

 

Les commentaires sont fermées.