Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Echanges Régionaux: les opérateurs aspirent à un partenariat win-win

Echanges Régionaux: les opérateurs aspirent à un partenariat win-win

Accroitre les investissements interrégionaux dans l’océan Indien et en Afrique, à travers le partenariat et dans le but d’avoir des résultats gagnant-gagnant. C’est dans ce sens que le Club Export Réunion a réuni les membres du secteur privé de l’Océan Indien et quelques pays d’Afrique, du 21 au 23 novembre à Saint-Denis (La Réunion) dans le cadre des 6e Rencontres Internationales du développement durable (Ridd).

Près de 150 opérateurs venus de 10 pays ont pris part à cette rencontre régionale, si au départ, le Club export a prévu l’arrivée de 700 participants. A ce propos, Gilles Couapel, l’actuel président du Club export Réunion a expliqué que la situation d’instabilité que traverse La Réunion en ce moment, a été le principal facteur de blocage à l’organisation de cette rencontre.

«Les rencontres au départ, c’était plus de 700 participants. 150 finalement, on a réussi à participer, avec 70 personnes venu de sept pays au lieu de 140», a-t-il précisé.

Fort potentiel de Madagascar

Parmi la délégation malgache qui a pris part aux Ridd, la présidente du Groupement des entreprises de Madagascar (Gem), Noro Andriamamonjiarison a avancé que «le principal intérêt de ces rencontres est le fait qu’il y a plusieurs pays participants en dehors de la région, notamment ceux d’Afrique. On a également appris plusieurs concepts, entre autres l’économie bleue ou encore l’économie circulaire, qui ont été abordés par les acteurs».

Ce  membre du patronat malgache a également mis en avant le fort potentiel de la Grande ile dans l’océan Indien. «Madagascar est pratiquement autosuffisant par rapport aux différents types d’aliment qui servent à la nourriture humaine ou animale. Mais la plupart des pays de la région importont dans d’autres pays, ailleurs que dans l’océan Indien. Il y a des potentiels pour travailler avec les îles voisines, mais il faut qu’il y ait de la volonté et plus d’efforts», a-t-elle conclu.

Riana R.

 

Les commentaires sont fermées.