Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Subvention au secteur textile: sept entreprises bénéficient de 17 milliards d’ariary

Subvention au secteur textile: sept entreprises bénéficient de 17 milliards d’ariary

Sept entreprises en perte de compétitivité dans le secteur textile ont été sélectionnées pour bénéficier des 17 milliards d’ariary de subvention. Ce fonds devrait être décaissé la semaine prochaine, selon Guy Rivo Randrianarisoa, ministre de l’Industrie et du secteur privé. Une information que Marcel Arsonaivo Napetoke, ministre de l’Economie et du plan, a confirmée à la presse avant-hier.

Comme l’a déjà expliqué Alain Rasolofondraibe, gouverneur de la Banky foiben’i Madagasikara (BFM), vers la fin du mois de septembre, cette subvention sera allouée au secteur textile en amont et en aval.

«Grâce à cette subvention de 17 milliards d’ariary, les entreprises auront chacune  une part variant de 10 à 30 %, selon leur envergure», a indiqué  Marcel Arsonaivo Napetoke, avant de poursuivre que «ce fonds devrait leur permettre de pallier les dépenses d’énergie de la Jirama pour une réduction des coûts en la matière».

La valeur ajoutée créée, le volume du chiffre d’affaires, les emplois créés ou préservés, mais également d’autres points importants comme le coût de l’électricité constituent, entre autres, les critères de sélection de ces entreprises, considérées comme en perte de compétitivité sur le marché international.

Le ministère des Finances et du budget, le ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé ainsi que celui de l’Economie et du plan sont, entre autres, chargés de définir le scoring relatif à l’attribution de ladite subvention. Certains indicateurs comme le taux de change de ces douze derniers mois, ont également été pris en compte.

Quid des autres secteurs

Ce choix d’appuyer le textile se justifierait, notamment  par le fait que le secteur au même titre que les exportations du nickel et de la vanille a contribué à hauteur de 35 % du PIB de Madagascar en 2017.

Les autres entreprises, en l’occurrence, celles opérant dans la transformation locale et qui auraient bien voulu bénéficier d’une telle subvention, devront attendre.

Néanmoins, le ministre de l’Economie a laissé entendre que les prochaines cibles sont effectivement celles qui oeuvrent dans la transformation des produits agricoles et qui offrent des opportunités d’emplois importantes, compte tenu des 80% de la population qui exercent des activités agricoles. En tout cas, pour bon nombre d’entreprises, ce genre de subvention devrait servir à renforcer le tissu industriel local.

Arh.

Les commentaires sont fermées.