Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: recrutement

La guerre est éventuellement terminée. Il est évident que le boche s’avoue vaincu et demande grâce ! La conclusion définitive de la paix n’est qu’une question de jours !

Cependant, fidèles à la consigne donnée il y a six mois, nous travaillons consciencieusement à recruter les 4 000 Malgaches demandés à ce moment !

La paix sera signée et nous continuerons tout de même à recruter et à payer des primes à des engagés plus ou moins volontaires devenus inutiles.

Le Colonel Joalland est parti par le Crimée pour lever des recrues à la Réunion !

Bref, on agit comme s’il ne s’était rien passé de sensationnel depuis six mois !

Nous manquons de main-d’œuvre et l’on veut à tout prix (parce que c’est la consigne) enlever à la Colonie déjà saignée à blanc, 4 000 travailleurs de plus et ce, pour arriver à ce beau résultat : achever de ruiner les entreprises industrielles ou agricoles de ce pays et gaspiller inutilement 4 ou 5 millions !

Nous voulons espérer que les leçons de cette guerre n’auront pas été complètement perdues et que notre administration, tant civile que militaire, saura revenir à une conception un peu plus pratique des choses !

Si le Département intéressé (qui doit avoir d’autres préoccupations) oublie de donner les contre-ordres nécessaires, nous ne doutons pas que notre nouveau Gouverneur Général, justement soucieux de la Colonie de Madagascar, saura les solliciter. Ce faisant, il sauvegardera les intérêts de ce pays et en même temps fera réaliser au budget métropolitain une économie très appréciable.

Citation

Du Bulletin des Armées nous extrayons la belle citation dont M. Jean Martin, mitrailleur sur le Front, si sympathiquement connu à Tamatave, vient d’être l’objet.

Ordre N° 187 du 34e C.A. du 28 juin 1918.

«Excellent mitrailleur plein d’allant et de cran. Protégeant un autre avion de son escadrille et le voyant attaqué par deux biplaces et trois monoplaces ennemis a soutenu le combat avec un sang-froid remarquable réussissant à dégager son camarade — A eu son appareil atteint par de nombreuses balles – Croix de Guerre».

Nos sincères félicitations à Mme Martin, sa digne mère, et à sa sœur.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.