Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Lutte contre la chenille légionnaire: changement du calendrier cultural

Lutte contre la chenille légionnaire: changement du calendrier cultural

Outre la méthode «ady gasy» qui consiste à utiliser des pesticides biologiques, les agriculteurs optent maintenant pour le changement du calendrier cultural, notamment pour la culture de maïs, afin d’éviter la propagation des chenilles légionnaires d’automne (CLA) et réduire le coût de traitement des champs.

 «Nous avons décidé de semer à l’avance pour permettre aux plants de se développer à l’abri des chenilles. Et au bout d’un mois de culture, nous faisons alterner les traitements chimiques et biologiques», a expliqué Clément Modeste Rakotoarivelo, un exploitant agricole de Mandoto, à l’occasion de l’atelier de formation  sur  le «Projet d’appui à la mise en place d’un système de surveillance, riposte et contrôle intégré de la chenille légionnaire d’automne à Madagascar», à l’endroit des producteurs, agents vulgarisateurs et techniciens agricoles, hier, à l’hôtel Panorama Andrainarivo.

En effet, le traitement biologique suffit à limiter la propagation des larves et des chenilles, mais ne les tue pas. Seul le traitement chimique arrive à éliminer les insectes. «La méthode ady gasy (voandelaka macéré 24 heures dans 16 litres d’eau) est certes moins coûteuse. Or, cette formule n’a pas réussi à éradiquer totalement les larves et les chenilles mais a toutefois permis d’éviter leur propagation», a souligné notre exploitant agricole.

Stratégies de lutte

L’année dernière, les derniers chiffres faisaient état de 35% de pertes dans la production de maïs sur tout le territoire malgache, à cause de la CLA. Toutefois, Saholy Ramiliarijaona, directeur de la Protection des végétaux (DPV) du ministère de l’Agriculture, se veut rassurante en affirmant que «les dégâts sont certes importants, mais la menace peut encore être contenue dans la mesure où la stratégie de lutte est appliquée».

D’où, le projet de mise en place d’un système de surveillance, riposte et contrôle intégré de la CLA ainsi que la mise en place de Champs école des producteurs (CEP), pour tester les nouveaux produits de lutte contre ces chenilles dévastatrices.

A cela s’ajoute une application mobile du nom de «Famews», développée par la FAO depuis le mois de mars. Elle est destinée à collecter et enregistrer les informations lors de la surveillance des champs.

Arh.

Les commentaires sont fermées.