Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Tsiroanomandidy: une horde de dahalo a semé la terreur

Tsiroanomandidy: une horde de dahalo a semé la terreur

Une armée de dahalo a pris pour cible un éleveur de bovins dans un village de Morafeno Tsiroanomandidy, avant-hier. Pendant une vingtaine de minutes, les bandits du grand chemin ont fait la loi.

Dimanche dernier, vers minuit, un groupe de dahalo, composé d’une vingtaine d’hommes, a pris d’assaut le domicile de cet éleveur connu de la localité. Ils ont convoité les 40 têtes de zébus bien parquées dans un enclos.

Aussitôt introduits dans la propriété, les bandits ont bien fait savoir aux villageois leur présence. Les hurlements de menace, les fusils pointés partout, la présence de bandits dans des maisons, ce fut un long quart d’heure de frayeur que les occupants de la maison ont vécu. Ils n’avaient aucun moyen d’alerter les forces de l’ordre.

«Les uns munis de fusils de chasse tandis que les autres, équipés de machettes et d’objets tranchants. Ils étaient brutales et violents, prêts à faire feu sur ceux qui ont voulu interrompre leur opération», ont indiqué les informations reçues. Les victimes les ont donc laissés faire afin de ne pas envenimer davantage la situation. Et, les dahalo se sont fait la malle après avoir sorti les zébus de l’enclos.

Accrochage meurtrier

Après que les assaillants sont partis, les hommes du village se sont réunis pour lancer une poursuite, même dans l’obscurité. Ils portaient également des armes, selon les explications. Ce qui a permis de rattraper les fuyards à quelques kilomètres du village.

Et l’accrochage était inévitable. Après des échanges de tirs d’une dizaine de minute, deux bandits étaient tombés à terre. L’un est mort et l’autre a réussi à se relever et prendre la fuite avec les autres, malgré ses blessures par balle. Les dahalo ont abandonné la totalité des zébus.

 

Ando Tsiresy

Les commentaires sont fermées.