Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: le torpillage du« Djemnah », récit d’un rescapé

C’était le 14 juillet à 9 heures _ du soir. La nuit était claire, la lune, quoique parfois voilée par des nuages, éclairait assez pour se conduire.

Un certain nombre de passagers avaient regagné leur cabine, d’autres étaient encore sur le pont, lorsque la torpille lancée par le sous-marin, qui se trouvait à une faible distance du vapeur, fit explosion au milieu du bateau, le fendant en deux. Aussitôt une vague immense envahit le bâtiment, les machines sautèrent et en moins de 2 minutes le vapeur coulait engloutissant près de 500 passagers.

On compte, parmi les disparus, des soldats indigènes rapatriés ou réformés, des familles créoles, quelques Européens dont M. Falque inspecteur de la Garde Indigène, une fillette de M. Guyon, M. Urbain, colon à Mayotte, l’Adjudant Massicard, le sergent Lemoine, etc. Disparurent également le commandant Méric, grièvement blessé à la tête qui coula avec le bateau, le mécanicien Mayol, le commissaire Valentin, et des matelots.

Les rescapés n’eurent le temps que de mettre leur ceinture de sauvetage et de se jeter à la mer. Un seul canot du Djemnah put être mis à l’eau. Les naufragés furent recueillis les uns le soir même, les autres le lendemain matin par la canonnière Below et un chalutier qui convoyaient le Djemnah, et qui les transportèrent à Alexandrie. Ils furent hospitalisés à l’hôpital européen de cette ville.

Les deux enfants de M. Guyon furent sauvées par l’artilleur Albert Dalleau.

Le même soir du 14 juillet, deux cargos marchant de concert avec nous reçurent du même sous-marin une torpille chacun, et coulèrent quelques moment avant le Djemnah.

Américan Consular Service

Me référant aux restrictions sur l’importation du graphite aux États-Unis, j’ai l’honneur de vous informer que suivant un télégramme de mon Gouvernement, en date du 2 novembre courant, il ressort que d’après des règlements en vigueur depuis le 1er octobre dernier, il n’est plus délivré de licences pour l’entrée aux États-Unis du graphite amorphe provenant des pays d’outre-mer. D’autre part, des licences sont actuellement délivrées pour l’importation des graphites de la qualité pouvant servir à la confection des creusets, lorsque les demandes pour les dites licences auront reçu l’appui du War Industrie Board.

Américan Consul Carter.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

 

Les commentaires sont fermées.