Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Consommation: envolée générale des prix des PPN

Consommation: envolée générale des prix des PPN

Une hausse généralisée des prix des PPN est observée depuis la semaine dernière dans la capitale, en particulier la farine, le riz et le sucre.

De quoi donner le tournis aux ménages qui viennent de payer le prix fort, à l’occasion de la rentrée scolaire. Le kilo de la farine s’achète actuellement à 2.400 ariary, contre 1.800 ariary auparavant, observant ainsi une hausse de 33%.

«Un sac de farine de 50kg ne s’obtient plus qu’à plus de 105.000 ariary selon sa qualité. Pourtant, son prix se situait entre 95 et 100.000 ariary avant la présidentielle», a déploré un fabricant de nouille du côté d’Ampitatafika.

Il en est de même pour le riz, dont le prix d’un gobelet se situe entre 600 et 650 ariary, contre 500 et 550 ariary auparavant, soit une hausse de 20%. Le prix d’un kilo dépasse ainsi largement la barre des 2.000 ariary pour devenir actuellement 2.250 ariary.

Le sucre a également suivi cette envolée de prix, même si la hausse peut être qualifiée de moindre. Un kilo de ce produit se vend maintenant à 2.600 ariary contre 2.400 ariary il y a une semaine, soit une augmentation de 8,3%.

Comme ces prix sont obtenus auprès des grossistes d’Anosibe Tsena samedi dernier, ceux affichés au détail sont ainsi supérieurs. Ces grossistes affirment ne pouvoir expliquer la hausse des prix de ces PPN.

«Nos fournisseurs ne nous expliquent jamais les causes de cette hausse. Ils se contentent seulement de nous dire que dorénavant, des prix de telles marchandises ont connu une augmentation», a fait savoir l’un d’entre eux.

Cependant, les autres PPN ont connu un prix stable depuis quelques mois, comme c’est le cas de l’huile alimentaire. A ce sujet,  des consommateurs pensent que ces augmentations proviennent uniquement des bons vouloirs des commerçants, aussi bien fournisseurs, grossistes que détaillants.

«Ils profitent de l’inaction des contrôleurs de prix en cette période électorale», a affirmé une mère de famille.

 

Sera R.

 

 

Les commentaires sont fermées.