Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Cite Ambatomaro: des squatters s’emparent du terrain universitaire

Cite Ambatomaro: des squatters s’emparent du terrain universitaire

La squattérisation des terrains des universités publiques se poursuit. C’est le cas, notamment à Ambatomaro, où un chantier est construit dans l’enceinte des logements universitaires d’Antananarivo. Hier, les étudiants ont contesté.

Les locataires des cités U d’Ambatomaro montent au créneau.  Ces derniers dénoncent l’accaparement de terrain au sein l’enceinte du campus, où de nombreuses constructions illicites sont bâties depuis quelques années. Maintenant, le terrain sur lequel les étudiants, notamment les membres de l’Aumônerie protestante, envisagent de construire un local, est carrément boudé par les riverains.  Ces derniers commencent à ériger des clôtures en dur, réduisant ainsi la superficie prévue pour cette construction.

Raison pour laquelle, les étudiants  ont mené un mouvement de contestation contre cette construction illicite hier. Ils ont également lancé un appel à l’endroit des responsables de l’université d’Antananarivo pour prendre des mesures nécessaires afin d’arrêter ces chantiers en cours.

«Cet espace de 22m2 sur 10m2, où nous prévoyons de construire ce local, fait bel et bien partie du patrimoine foncier de l’université d’Antananarivo. Alors que de tierces personnes déclarent en être les propriétaires», regrette l’un des occupants de la cité et non moins membre de l’Aumônerie protestante, Rija Fanomezantsoa.

Avant d’enchainer : «Nous avons déjà obtenu l’autorisation du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres) et du Centre régional d’œuvre universitaire d’Antananarivo (Croua), par rapport à la réalisation de ce projet. Et, les autorisations et les papiers administratives nécessaires avant de commencer les travaux sont déjà acquis».

Des responsables au sein du Croua impliqués ?

Depuis quelques années d’existence, la cité d’Ambatomaro n’est pas reconnue comme telle à première vue car les logements estudiantins se chevauchent avec des maisons des particuliers.

 «Une image qui tombe sous le sens pour illustrer le niveau d’occupation illicite sur les lieux»,  soulignent les étudiants. Ces derniers sont stupéfaits de voir les responsables au sein  du Croua accompagnant les squatters, qui se disent être  les propriétaires du terrain.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.