Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Incendies dans la capitale: les pompiers submergés

Incendies dans la capitale: les pompiers submergés

Les sapeurs-pompiers sont actuellement submergés par les interventions, notamment à propos des incendies, depuis le mois de septembre. « Au moins une fois par jour dans la ville d’Antananarivo, or, il arrive qu’il faut plusieurs heures, voire des jours, pour maîtriser totalement un incendie », selon le chef de corps des Sapeurs-pompiers de Tsaralalàna, le commandant Francky Ramanoara, hier.

Le dernier cas en date, le feu de brousse qui s’est produit, hier, sur la colline d’Ankatso. «Le comble, il arrive que nous intervenions deux à trois fois, en l’espace d’une semaine, dans la même circonscription où nous avons mené des actes de sensibilisation, suivis d’exercices pratiques le mois de juin dernier», déplore le chef de corps des pompiers de Tsaralalàna. De  noter aussi qu’ en cette période de climat sec, les feux se propagent vite qu’il est difficile de les maîtriser. «Les contribuables sont à la base des 70% des incendies et feux de brousse à cause de leur inadvertance», a souligné le commandant Francky Ramanoara.

Non respect des règles de sécurité

Le chef de corps des pompiers a également cité le non respect des dix principes fondamentaux de sécurité contre l’incendie comme source de la situation actuelle. Entre autres, sur la modalité des constructions dont beaucoup ne se soucient guère actuellement, rendant difficile l’accès aux interventions et l’évacuation rapide en cas de sinistre. L’absence d’installations techniques sûres suivant les normes au niveau de l’électricité, des chauffages, du gaz domestique et de la ventilation, ainsi que leur entretien périodique ont également été évoqués. Il en est de même pour les éléments de construction qui devraient être résistants au feu, les extincteurs et les robinets d’incendie armés (Ria), les alarmes incendie et bien d’autres encore.

80% de faux appels

Le chef de corps des pompiers de Tsaralalàna a aussi réitéré les faux appels téléphoniques, via le numéro vert 118, opérés par de mauvais plaisantins. «70 à 80% des appels que nous recevons sont des canulars», a-t-il indiqué. De souligner ensuite, «Pour éviter tout risque, nous sommes obligés de nous déplacer. Cependant, avec la consommation d’au moins 15 litres de carburant par véhicule, ce déplacement inutile représente ainsi une grande perte pour nous».

Sera R.

 

 

 

Les commentaires sont fermées.