Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Détournement des voix: des preuves des trucages à la Ceni

Détournement des voix: des preuves des trucages à la Ceni

Un hold up électoral est en train de s’opérer au sein de la Ceni, d’après les partisans du candidat n°13.  La faille se trouverait auprès des Sections de recensement matériel des votes (SRMV) et du système informatique utilisé.

Preuve à l’appui. Les partisans du candidat n°13 n’entendent pas se laisser faire facilement par les membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Il a en effet été constaté que le traitement des résultats émanant des bureaux de vote regroupés aux SRMV et à la Ceni centrale ne reflète pas la comptabilisation exacte des résultats recueillis. C’est d’ailleurs pour cela que les représentants du candidat ont toujours demandé d’avoir accès à plus d’informations de la part de la Ceni.

Plus précisément,  les représentants du candidat Andry Rajoelina voulaient obtenir des données « inputs » faisant l’objet de traitement par la SRMV et la Ceni, bureau de vote par bureau de vote, pour pouvoir les comparer aux données en leur possession. Et pour cause, jusqu’à  ce jour, seules les données traitées « outputs » (résultats provisoires de la Ceni) ont été fournies par cette commission.

Finalement et après moult pressions des partenaires internationaux, la Ceni a cédé et compte livrer les données (sur la photo ci-dessus). Et après vérification des données de base du quartier général du candidat N°13, il apparait clairement que les données sont truffées d’incohérences. A titre d’illustration (ici le cas de la province de Fianarantsoa), en principe le  nombre de votants (43.313) soustrait au nombre de bulletins nuls (2.796) devrait donner les suffrages exprimés (40.517). Mais aussi étrange que cela puisse paraître, les suffrages exprimés ont été gonflés (42.033), soit un surplus de 1.516 votants fictifs.

La HCC saisie

A cela s’ajoute la soustraction des voix du candidat n°13 au profit d’autres candidats (comme ici sur la photo). L’homme fort de l’IEM avait en effet raflé 26.209 voix au lieu 25.235 inscrites sur la fiche de la Ceni, soit 64, 68% de voix mais pas 60, 03%. Le comptage de la Ceni  fait ainsi perdre 4, 65% des voix obtenues pour la province de Fianarantsoa. Selon les parlementaires pro-Rajoelina, lors d’une rencontre avec la presse mercredi dernier, ce genre d’anomalies existe dans la majorité des grandes villes du pays et fait perdre des voix au candidat n°13, alors que des « petits candidats » raflent des voix dans des localités qu’ils n’ont jamais visitées.

En tout cas, comme l’ont annoncé les parlementaires, les représentants du candidat Andry Rajoelina ont décidé hier de saisir la HCC. Ils ont demandé la confrontation de tous les procès verbaux (PV) dans tout Madagascar, l’arrêt des comptages des votes ainsi que l’expertise du traitement des résultats. Du reste, ils demandent le comptage manuel de la HCC, tout en écartant le système informatique de la Ceni.

« Le  candidat Andry Rajoelina gagne la majorité des chefs-lieux de province mais paradoxalement, plus ces résultats arrivent à la Ceni, plus son score s’effrite. C’est un miracle », s’était étonné, à ce propos, le député Roberto Tinoka.

 

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.