Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Beatrice Atallah sur les élections: appel à la sagesse des parties prenantes

    Beatrice Atallah sur les élections: appel à la sagesse des parties prenantes

    Le débat, qui fait rage actuellement autour du processus électoral,  ne laisse pas insensible l’ancienne patronne de la Commission électorale nationale indépendante pour la Transition (Cenit), Béatrice Atallah. Joint au téléphone, hier dans la soirée, elle a fait part de son inquiétude sur ce sujet si les parties prenantes, en particulier la Ceni et les candidats, ne réussissent pas à s’attendre. « Je fais appel à la sagesse et à la responsabilité de tout un chacun afin de préserver le bon déroulement du processus électoral », a-t-elle réagi.

    Ces derniers temps en effet, l’actualité fait montre du retrait des représentants du candidat Rajoelina à la Ceni. Une situation qui pourra handicaper le processus électoral. « Je pense qu’il y a une confusion autour de la compréhension du rôle des représentants des candidats au sein de la Ceni. Il faut préciser que les représentants des candidats sont là pour une mission d’observation certes, mais ils sont également des parties prenantes à la Ceni », a-t-elle expliqué. L’ancienne patronne de l’organe en charge des préparatifs électoraux estime que ce climat de méfiance pourra créer des problèmes préjudiciables et affecter le bon déroulement du processus électoral.

    Membres à part entière

    Selon les dispositions de l’article 12 de la loi 2015-20 relative à la Ceni,  cette institution est constituée de deux collèges, dont l’une est permanente et l’autre non permanente. L’article 32, alinéa 2, de cette loi stipule que le représentant des candidats « jouit d’un statut d’observateur et peut prendre part aux débats avec voix consultative ». Et l’article 33 de la loi ajoute, entre autres, que « lors d’une consultation référendaire et pour l’élection présidentielle, le représentant de chaque comité de soutien (…) siège au sein de la Ceni au niveau central et au niveau de tous ses démembrements ».

    Pour remédier à cette confusion, et par ses expériences  en matière d’élections, Béatrice Atallah estime qu’il faudra rétablir un climat de confiance entre toutes les parties prenantes au processus électoral vis-à-vis de la Ceni dans les meilleurs délais et ce, afin d’éviter une autre crise qui fragiliserait l’ensemble du processus. « J’appelle tout le monde, y compris la Ceni, à clarifier l’attribution des représentants des candidats selon la loi et à préciser, par la suite, le cadre de leur intervention au sein de la Ceni », a  ajouté Béatrice Atallah. « Pourquoi toujours attendre les autres (les partenaires internationaux, ndlr) pour régler des différends que nous pouvons nous-mêmes régler entre nous ? », s’est interrogée celle qui vient de participer, récemment encore, à l’observation des élections à la Nouvelle Calédonie.

     

    Rakoto

    Les commentaires sont fermées.