Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Diabète: un bébé de neuf mois sous traitement insuline

Diabète: un bébé de neuf mois sous traitement insuline

Le diabète devient de plus en plus un problème majeur de santé publique. L’effectif des victimes ne cesse d’augmenter. D’ailleurs, cette pathologie, figurant dans la liste des maladies négligées dans le pays, touche la population de toutes les classes sociales et les individus de tout âge.

Hier, en marge de la célébration de la Journée mondiale du diabète, au siège de l’Association malgache contre le diabète (Amadia), à Faravohitra, le Dr José Ratsitratrinihafa, membre du Conseil d’administration, a souligné que «Cette maladie chronique, qui ne se guérit pas mais qu’on peut traiter et contrôler, n’est nullement liée à l’âge ni à aucun autre paramètre comme beaucoup le pensent, car on peut l’attraper dès son plus jeune âge».

Le diabète peut survenir à tout moment de la vie. La preuve, un bébé de neuf mois figure parmi les patients qui suivent un traitement au sein de l’Amadia, qui récense actuellement près de 40.000 membres diabétiques.

 «Ce bébé a contracté la maladie parce que son pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline. Après avoir bénéficié d’un traitement à temps pour contrôler son diabète, il vit normalement comme les autres bébés de son âge. Néanmoins, il est mis sous traitement insuline», a ajouté notre source.

Le cas contraire survient pourtant pour d’autres patients, qui commencent à souffrir des complications de leur diabète, notamment la perte progressive de la vue, l’augmentation de la tension artérielle ou encore le gonflement des pieds…

Dans la foulée, le nombre de diabétiques monte en flèche. «D’après les statistiques, 5% de la population est atteinte actuellement si la maladie n’a touché que près de 3% de la population il y a cinq ans», d’après notre source.

Accent sur le rôle de la famille

«La méconnaissance de cette maladie justifie souvent ces réalités, étant donné que beaucoup de gens ne se font pas dépister», a souligné le Dr José Ratsitratrinihafa. Raison pour laquelle, l’Amadia organise de temps en temps une séance de dépistage gratuit. La même initiative se poursuit ce samedi à l’HJRA, en partenariat avec le Lions club.

Pour la JMD 2018-2019, «La Famille et le diabète» est le thème choisi, tout en misant sur le slogan «Le diabète concerne chaque famille».

«L’objectif principal est de sensibiliser les familles au diabète, tout en leur faisant comprendre l’importance de son impact et de promouvoir le rôle de la famille dans la gestion, le soin, la prévention et l’éducation de la maladie», a fait valoir le Dr Haja Ramamonjisoa, coordonnateur national de l’Amadia.

La famille a un rôle à jouer sur la détection précoce du diabète afin de retarder, de prévenir les complications et d’obtenir des résultats plus sains.

Il est à préciser qu’une personne atteinte du diabète type 1 sur deux n’a pas fait l’objet d’un diagnostic.

Pour le cas du diabète type 2, de nombreux cas peuvent être évités en adoptant un mode de vie sain. Et réduire les risques commence à la maison vu que 80% du diabète type 2 est évitable grâce à l’adoption d’un mode de vie sain, selon l’équipe médicale de l’Amadia.

 

Fahranarison

 

 

Les commentaires sont fermées.