Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Ceni: des parlementaires dénoncent des résultats truqués

Ceni: des parlementaires dénoncent des résultats truqués

C’est au tour des élus proches du candidat n°13 de monter au filet, hier, pour dénoncer les résultats provisoires fournis par la Ceni.

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) fait face à une vague de contestation. Et pour cause, l’opacité autour du traitement des résultats du premier tour de la présidentielle inquiète aussi bien les observateurs avertis que les acteurs politiques concernés. Hier, au siège du parti Mapar à Ankorondrano, ce sont les parlementaires qui sont montés au créneau pour faire connaitre leur mécontentement, en particulier concernant le logiciel de traitement des résultats utilisé par la Ceni.

«Quand est-ce que vous avez fait l’appel d’offres de ce logiciel ? Combien coûte son déploiement et qui a obtenu le marché ?», s’est interrogé le député Roberto Tinoka. Et lui d’ajouter qu’ «au nom de la transparence, la Ceni devra donner des réponses à ces questions». Il s’est interrogé en outre s’il s’agissait  du logiciel utilisé dans des pays africains ayant connu des crises postélectorales, tout en estimant que la Ceni devra suspendre immédiatement l’utilisation de ce logiciel.

Avant lui en effet, des parlementaires tels que Jean Bosco, Jean Jacques Rabenirina, Marie Thérèse Volahaingo ainsi que le sénateur Lylison René de Rolland  ont successivement fait part de l’existence des anomalies  dans les résultats publiés par l’organe en charge des opérations électorales. Et le pire est que les anomalies ne se trouvent pas seulement sur quelques bureaux de vote mais se répètent presque dans tout le pays.

«Le  candidat Andry Rajoelina gagne dans la majorité des chefs-lieux de province, mais paradoxalement, plus ces résultats arrivent à la Ceni, plus son score s’effrite. C’est un miracle», s’est étonné Roberto Tinoka.

Trucage informatique

Le sénateur Lylison René de Rolland  n’y est pas aussi allé avec le dos de la cuillère. Il a signalé que plusieurs données sont faussées, en notant les écarts de chiffres entre le dépouillement dans les bureaux de votes et la publication faite par cette institution.

«Les responsables de la Ceni ne donnent aucune preuve pour soutenir leurs explications alors que nous, nous avons des preuves de ce que nous avançons», a-t-il martelé en communiquant des chiffres émanant des districts. Ces preuves seront en tout cas soumises à la Haute cour constitutionnelle (HCC),  qui statuera en dernier recours sur les litiges électoraux.

Selon ces parlementaires, ce qui se passe actuellement au niveau de la Ceni ressemble fortement à un trucage du système informatique, particulièrement en termes de traitement des données.  «Il faut connaitre qui sont les responsables de cela car c’est un crime, donc passible de sanction devant la justice», a indiqué le sénateur Lylison René de Rolland.

Pour rappel, les représentants du candidat Andry Rajoelina ont choisi de claquer la porte de la Ceni, mardi dernier. «Ils ont le rang de commissaires électoraux et membres à part entière de la Ceni. Ils ont le droit de tout savoir sur ce qui se passe à la Ceni, mais ce ne fut pas le cas. Ils ont seulement eu accès aux données de base mais pas aux données traitées», a regretté le député de Betioky Sud.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.