Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Avant qu’il ne soit trop tard

Avant qu’il ne soit trop tard

Outre le problème d’insécurité, ce phénomène qui est devenu une partie inhérente du quotidien des Malgaches, les crises liées à la dernière présidentielle et la recrudescence de la rougeole ont principalement marqué le mois de novembre.

Tout récemment, un gendarme a été tué et d’autres blessés au cours d’un violent affrontement avec des dahalo dans le district de Betroka. Toujours dans le deep south, les vols de bœufs prennent des proportions démesurées. Dans leur sillage, les dahalo laissent des dégâts et un nombre de morts de plus en plus important, sans parler des préjudices des éleveurs. Toute une vie de dur labeur est réduite à néant en une seule journée.

 Ce mois de novembre est également marqué par l’enlèvement d’une jeune Karana à Mampikony et d’un homme d’affaires dans la capitale.

Passons du coq à l’âne. Dans le domaine de la politique, le tout récent scrutin présidentiel continue de faire des remous. Les résultats partiels publiés par la Ceni sont contestés de tous bords. Une crise postélectorale profile à l’horizon.

Sur ces entrefaites, une épidémie de rougeole frappe dans la capitale et ses environs immédiats, alors que la peste continue de sévir dans plusieurs localités du pays. Le monde du football a également connu un bouleversement après l’échec de l’élection du président de la fédération. La sanction de la Fifa est tombée comme un couperet. Heureusement, tout est finalement rentré dans l’ordre.

Que faut-il retenir de tous ces mélis-mélos ? Le pire est à craindre. Loin de sortir de l’auberge, le pays a besoin de ses enfants pour le faire sortir de l’énorme bourbier dans lequel il s’enlise actuellement. Demain, il sera trop tard.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.