Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Malnutrition: réduire à 55% dans la Vakinankaratra 

Malnutrition: réduire à 55% dans la Vakinankaratra 

Lors de l’atelier régional du Programme d’amélioration des résultats nutritionnels ou « Fanjariantsakafo sy Fahasalamana Ifotony » (Parnfafi) hier, à Antsirabe, les responsables se sont fixé comme objectif la réduction à 55% du taux de la malnutrition chronique dans la Vakinankaratra.

D’après le constat, les ruraux vendent presque la totalité de leurs productions sans penser à leurs propres besoins. Et, c’est la principale cause de la malnutrition dans cette région, malgré sa potentialité de produire en quantité suffisante des fruits et légumes.

« Presque 99% des produits sont envoyés et vendus en dehors de la région », selon le directeur de l’Office régional de la nutrition (ORN) de Vakinankaratra, le Dr Harinaivo Ravelonarivo.

De par cette mauvaise habitude, la région détient actuellement le record de la malnutrition chronique des enfants de moins de 5 ans au pays, avec un taux de 65,2%, si le taux national est de 47,5%. A part cela, l’ignorance ou le non respect des 5 codes de couleur nutritionnels ne font qu’aggraver la situation.

Améliorer les indicateurs

A travers un programme, les indicateurs nutritionnels des enfants de moins de 5 ans dans 15 régions de Madagascar, financé à hauteur de 200 millions de dollars et étalé sur dix ans, sont à améliorer

Ainsi, les interventions consistent à assurer une bonne nutrition pendant les 1.000 premiers jours de la vie de l’enfant, de la naissance à deux ans, dont on connaît les effets positifs sur les enfants.

A titre de mesure d’accompagnement, les capacités des centres de nutrition communautaire seront renforcées. Comme le PNNC/ Seecaline, dont le nombre est actuellement de 541 pour Vakinankaratra et l’objectif est d’atteindre 907 à la fin du programme Parnfafi.

 

Sera R.

 

Les commentaires sont fermées.