Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Turpitudes

Turpitudes

A défaut d’avoir des résultats officiels et de conclure sur certains aspects de la présidentielle, il y a pourtant des évidences à prendre en considération.

Primo, le candidat du HVM, en dépit des résultats que pourrait publier la Ceni, se trouve dans la pire des situations. Il ne pourra, à moins d’un hold-up électoral,  passer au deuxième tour et encore moins jouer à faiseur de Roi, sachant que son score ressemble plus à une crucifixion  qu’à un vote sanction. A la longue, le candidat du HVM est devenu un boulet et ne sera plus courtisé au deuxième tour. A qui  la faute? Il est inutile de gloser les responsables qui se reconnaissent sûrement. Toujours est-il que le président sortant aura désormais largement le temps  de penser aux conseillers « bien avisés » de ses courtisans du palais.

Secundo, il est patent de constater que des candidats, qui ont milité pour le retrait de la date de la présidentielle, montent au filet, aussi paradoxale que cela puisse paraître, pour dénoncer leur score. Et ce, alors qu’au moment de la campagne électorale, ils ont passé plus de temps à Mahamasina pour tirer à boulets rouges sur les élections plutôt que de  faire des plaidoyers auprès des électeurs par rapport à leurs projets et programmes. Maintenant que les urnes sont en train de révéler le verdict, nos anti-élections commencent à ruminer, en se présentant comme des victimes. Et pourtant, comme disait l’autre, nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes.

Tertio, et plus inquiétant encore, l’organe en charge des élections se trouve sur un terrain miné, en retardant la publication des tendances régionales et nationales des élections. A la lecture des commentaires et des réactions ici et là, son image et sa crédibilité sont sérieusement écornées ces temps-ci. A ce titre, dans un tout autre domaine,  la Fifa vient de nommer un comité de normalisation pour substituer à la Fédération malgache de foot (FMF) dans la gestion des élections à venir, après l’échec de la dernière rencontre à Sambava. Il ne faudrait pas que l’organe en charge des opérations électorales (la Ceni) en arrive là, lui aussi. Ici, c’est la crédibilité des institutions malgaches qui est en jeu.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.