Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Sante Publique: la rougeole, premier motif de consultation

Sante Publique: la rougeole, premier motif de consultation

La rougeole continue de se propager dans la capitale. Les malades affluent dans les hôpitaux publics. Les cabinets privés commencent également à être débordés de patients souffrant de cette maladie contagieuse.

La rougeole continue de faire parler d’elle. Si les maladies diarrhéiques, les grippes et les infections respiratoires figurent parmi les premiers motifs de consultation dans les Centres de santé publics et privés dans la capitale durant les périodes estivales, ce n’est plus le cas actuellement. L’effectif des patients consultés sur ces maladies est moindre par rapport à ceux qui consultent les médecins pour des cas de rougeole. C’est notamment le cas dans un cabinet privé sis aux 67 Ha. «Depuis quelques jours, plus de 80% de nos patients présentent des symptômes de la rougeole. Ces derniers ne sont pas que des enfants. Des adultes sont également touchés par cette maladie virale, qui progresse de manière inquiétante dans la ville».

C’est ce qu’a précisé un médecin de cet établissement, Dr Nahary. Même cas pour un Centre de santé à Analakely, où plus de la moitié des consultations concernent la rougeole. Les statistiques parvenues au ministère de la Santé font état d’un peu moins de 20.000 cas depuis septembre. A cela s’ajoutent les cas recensés dans les Centres de santé privés qui, à la lumière des cas recensés dans ces deux établissements privés, ne sont pas moindres, même si les données officielles dans ces structures ne sont pas pour le moment disponibles.

L’épidémie prolifère en dehors du Grand Tana

Depuis son apparition au mois de septembre, la rougeole affectait essentiellement Antananarivo Renivohitra, Antananarivo Avaradrano, Antananarivo Atsimondrano et Ambohidratrimo. Mais, ce n’est plus le cas actuellement car l’épidémie commence à s’étendre dans d’autres zones en dehors du Grand Tana. De source auprès du ministère de la Santé, la rougeole touche en ce moment les districts de Tsiroanomandidy, Arivonimamo, Antanifotsy et bien d’autres.

Même si des cas de décès suspects, aussi bien au niveau communautaire qu’au sein d’un grand hôpital public dans la capitale, ont été notifiés, le ministère de tutelle continue à démentir ces informations. «Aucune analyse n’a attesté que ces décès sont bel et bien dus à la rougeole. D’ailleurs aucun rapport de mortalité due à cette épidémie n’a été rapporté ni par les hôpitaux ni par les centres de santé et encore moins  par les établissements pédiatriques dans les zones affectées», a soulevé le directeur du programme élargi de vaccination, le Dr Bodo Ramamonjisoa. Quoi qu’il en soit, des ménages commencent à être terrifiés, tout en adoptant des solutions alternatives pour vacciner leurs enfants le plus vite possible, notamment ceux qui n’ont pas voulu faire vacciner leurs enfants durant la campagne de vaccination, organisée récemment dans les fokontany.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.