Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: commission Municipale et Commission Consultative de Tamatave (9)

(Suite.)

  1. Nativel prend alors la parole. Il refait l’exposé de la solution proposée par le Comice Agricole de Tamatave dans sa séance du 18 août 1917.

Il déclare d’abord que la question ne doit pas être résolue de la même façon pour toute la Colonie ; les races et les régions étant, d’un point à un autre, essentiellement différentes, il faut employer des méthodes différentes pour chaque région. Ici, dans la Province de Tamatave, il importe surtout de surveiller la rentrée des impôts car le Betsimisaraka, dont les besoins sont presque nuls, ne travaille guère que pour payer sa carte. Or, l’impôt rentre difficilement, et ce n’est pas tant la faute de l’Administration que celle de certains colons ou exploitants miniers qui, en s’opposant à ce qu’un Gouverneur indigène ou un chef de canton vienne, sur leur propriété ou leur « toby », contrôler la carte de leur ouvriers, font de leurs exploitations de véritables refuges de vagabonds où une très faible partie des indigènes qui s’y abritent travaillent effectivement. C’est le gaspillage de la main-d’œuvre sans lequel, sur la Côte, celle-ci pourrait, à la rigueur, être suffisante. Il faudrait que chaque employeur fût tenu de faire la déclaration de la main-d’œuvre qu’il emploie. Un carnet individuel serait créé pour les indigènes et constituerait une pièce d’identité qui les empêcherait de changer d’état civil aussi aisément qu’ils le font actuellement. En outre, les employeurs devraient opérer, sur les salaires de leurs ouvriers, des retenues régulières pour le paiement de la carte ; le contrôle des versements serait effectué par l’apposition sur le carnet individuel de l’indigène, de timbres fiscaux de valeur correspondant à la retenue effectuée.

Mais ce qu’il faut surtout empêcher, c’est que des indigènes se croient, sur une exploitation quelconque, dispensés de s’acquitter de leurs impôts sans être aucunement inquiétés par l’Administration.

 

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.