Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Sondages: des enquêteurs sement le trouble

Sondages: des enquêteurs sement le trouble

L’information s’est répandue comme une traînée de poudre dans tout Madagascar, hier. Des enquêteurs de l’agence «Safidiko Madagasikara», munis de badge et d’une soi-disant lettre d’autorisation de la part de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), ont effectué des sondages auprès des électeurs. Après avoir répondu à la question relative sà leur choix, ces derniers devaient décliner leur identité.

De Fenoarivo Atsinanana, à Maevatanana en passant par Vondrozo, Vohipeno, Fianarantsoa Andramasina et dans la capitale, entre autres, à Andranonahoatra Itaosy, Tanjombato, dans le centre-ville et à Ivato, ce sondage inattendu a défrayé la chronique. Comme beaucoup d’électeurs ne s’attendaient pas à une telle approche, ce sondage a suscité des grognes dans plusieurs localités, d’autant que sa réalisation n’a pas obtenu l’autorisation de la Ceni. C’était le cas dans un bureau de vote de l’EPP Ivato. Cela a failli tourner au vinaigre.

En fait, les électeurs d’Ivato se sont soulevés contre ce sondage qui leur semble étrange. D’où l’intervention de la Gendarmerie locale, qui a conduit les agents de cette agence, à Ankadilalana pour être enquêtés.

«Ce qui nous a le plus intrigué, c’est que les enquêteurs ont voulu connaître à tout prix pour qui nous avons voté, tout en demandant notre nom», s’est insurgé l’un des votants, ayant requis l’anonymat. Chose qui est «strictement interdite dans la mesure où les votes devront être tenus secrets», a appuyé le responsable du bureau de vote K7 de l’EPP Ivato, Jean Randrianaivo.

Non autorisés par la Ceni

Même version de la part de la Ceni, qui a démenti l’information véhiculée par les enquêteurs comme quoi, ils ont été autorisés à mener ce sondage.

 «L’agence d’information «Safidiko Madagasikara –  Exit pool» a bel est bien demandé une autorisation auprès de la Ceni pour effectuer de tel sondage à la sortie des urnes, mais n’a pas eu l’aval des responsables», a précisé le rapporteur de la Ceni, Fano Rakotondrazaka.

Les lettres d’autorisation que les enquêteurs brandissent ne sont en effet  que des faux documents. D’ailleurs, quoique comportant les entêtes de la Ceni, elles ne sont même pas signées par le président de la Ceni, mais celle du secrétariat qui a juste accusé réception des documents.

 

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.