Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Lignes Ivato – Tana: la gabegie atteint son paroxysme

Lignes Ivato – Tana: la gabegie atteint son paroxysme

La révision du frais à 600 ariary et l’application d’un demi-tarif pour les demi-trajets à 500 ariary ne résolvent guère les problèmes des usagers des taxis-be reliant Ivato à Antananarivo. Cette dernière option ne fait que favoriser la gabegie perpétrée par les opérateurs.

Depuis jeudi, il faut payer 600 ariary pour prendre les bus reliant Ivato à la Capitale. Et force est de constater que cette disposition ne s’accompagne pas de mesure d’amélioration de la qualité de service, conformément aux exigences de l’Agence de transport terrestre (ATT). Malgré tout, les usagers qui doivent emprunter ces lignes au quotidien, n’ont d’autres choix que de se plier aux lois des coopératives. Ces dernières déclarent perdantes en maintenant les frais à 500 ariary.

«Cette situation encourage les chauffeurs à faire un détour sans même atteindre le terminus, étant donné que la différence entre le trajet initial et le demi-trajet est de 100 ariary. Du coup, les conducteurs préfèrent laisser leurs passagers à Ambohibao ou Talatamaty au lieu de les ramener à Vassacoss», a soulevé le maire de la Commune Ivato, Penjy Randrianarisoa, hier en marge de la cérémonie d’inauguration de l’axe Tsarasaotra-Ivato.

Solution pérenne

Sans une mesure adéquate, ce problème dont souffrent les usagers des transports en commun desservant les lignes Ivato- Tanà, risque de s’empirer. Pour y remédier, le maire de la Commune Ivato incite les responsables compétents à se pencher sur la mise en place d’un système de concurrence, en introduisant d’autres coopératives à opérer sur cette ligne. Une mesure qui devrait inciter les anciens opérateurs à améliorer la qualité de leur service. De telle proposition a été annoncée dernièrement, mais sa concrétisation tarde à venir.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.