Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Andry Rajoelina: rétrospective de la campagne électorale

Andry Rajoelina: rétrospective de la campagne électorale

Dès l’officialisation de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM), le 26 janvier dernier, à Paris, il ne faisait plus aucun doute que l’ancien président de la Transition sera candidat à la présidentielle de 2018. Ce fut, par la suite, lors d’une cérémonie solennelle au Palais de Sport à Mahamasina qu’il a lancé sa candidature le 1er août, tout en déposant sa candidature, par le biais d’un mandataire, à la Haute cour constitutionnelle (HCC). Et depuis, la candidature de l’ancien homme fort de la Transition a poursuivi son ascension, que ce soit en termes d’affluence ou de soutien de la part des acteurs politiques.

L’IEM comme fer de lance

C’est sur un ton plein d’espoir et d’enthousiasme que l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, a lancé à Paris l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM). Il s’agit d’une plateforme composée d’universitaires, techniciens, opérateurs économiques et simples citoyens issus de divers horizons en vue d’apporter des solutions pour développer Madagascar. A travers des programmes bien définis, la plateforme examine des thèmes aussi divers que variés, de l’énergie à l’environnement en passant par la lutte contre la pauvreté et l’insécurité.

«L’idée est de rassembler les volontés et les compétences pour bâtir le développement économique et social de notre pays», avait-il avancé lors de son discours à Paris.

Mobilisation

L’IEM repose sur deux points, à savoir la mobilisation du peuple malgache et l’engagement des partenaires de Madagascar. «Les Malgaches se trouvent actuellement dans le désarroi, et même pour beaucoup, dans un désespoir total. Nombreux ne croient plus en l’avenir, encore moins à une quelconque amélioration de leurs conditions de vie. Je veux leur redonner l’espoir, je veux leur redonner foi en l’avenir, un avenir meilleur, un avenir synonyme de progrès», avait alors déclaré l’ancien homme fort de la Transition.

C’est dans ce sillage que des tournées régionales ont été entamées. Andry Rajoelina a pu écouter et entendre ses compatriotes. Lors de son déplacement à Ambilobe, il a d’ailleurs remarqué que «deux choses se sont passées durant mon silence. La première, c’est la précipitation des politiciens avides de pouvoir à obtenir une place. La seconde n’est autre que les recherches de solutions pour Madagascar que mon équipe et moi avons effectuées avec tous les partenaires».

Les commentaires sont fermées.