Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Vente d’achards: une activité toujours en vogue

Vente d’achards: une activité toujours en vogue

Parmi les petits métiers qui restent toujours en vogue, la vente ambulante d’achards a connu, ces derniers temps, une certaine recrudescence dans les rues de la capitale. Les marchands sont facilement reconnaissables avec leur cuvette remplie à ras bord de leur produit sur la tête, variant selon les fruits de saison, notamment la mangue en ce mois d’octobre.

Dans la majorité des cas, ce genre d’activité est pratiqué par des mères de famille en quête d’amélioration du revenu familial. Selon leurs dires, le métier arrive à assurer leurs nourritures quotidiennes quand les affaires marchent. Ce qui n’est pas toujours le cas et cela constitue une grande perte pour elles, le produit étant périssable.

10.000 ariary par jour

Pour Perline, une marchande d’achards de mangues, parcourant le trajet Anosy-Analakely, sa recette journalière varie entre 8.000 et 10.000 ariary. Le gain obtenu sur la vente d’une vingtaine de mangues vertes achetées à 1.000 ariary le kilo à Anosibe. Selon ses dires, le profit qu’elle peut en tirer est de 5.000 ariary par jour, une fois les ingrédients des achards déduits.

Cette somme permet à Perline, qui est mère de deux enfants, d’assurer le quotidien familial, en sus de l’apport du mari qui est receveur de bus. «Certes, ce n’est pas toujours Byzance chez nous, mais faute de pouvoir faire mieux, je me contente de cette situation», a-t-elle expliqué.

Ce genre d’activité informelle aide certains gens à survivre. Le problème est qu’il est rare qu’on y observe le minimum de règles d’hygiène.

Sera R.

 

Les commentaires sont fermées.