Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Désinformations, accusations gratuites: Rajoelina met les points sur les « i »

    Désinformations, accusations gratuites: Rajoelina met les points sur les « i »

    Aussi étrange que cela puisse paraître, tous les débordements liés aux élections sont imputés au camp d’un seul candidat. Hier, Andry Rajoelina, principale victime de ces dénigrements, a tenu à répondre du tac au tac.

    Le candidat Andry Rajoelina fait l’objet d’ataques de tous bords ces temps-ci, de la part de ses concurrents. Désinformations, accusations sans fondement et dénigrements de toutes sortes sont utilisés pour affaiblir le candidat n°13. Toutefois, cela ne l’empêche pas d’avancer. «Aujourd’hui, des individus malintentionnés accusent mes partisans d’avoir tué une partisane d’un autre candidat. Pourtant, nous avons les preuves que ce ne sont que des mensonges. Nous sommes des révolutionnaires et non des assassins», a tonné le fondateur de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM),  hier, à Mananjary.

    Une réponse aux attaques des partisans de l’ancien Chef de l’Etat Marc Ravalomanana relatives au décès samedi dernier de l’une des leurs.  «Ce sont eux qui ont l’habitude de tuer des innocents (…) et de profiter des malheurs des autres pour assouvir leurs objectifs politiques», a fait remarquer le candidat n°13, tout en ajoutant que «nous n’accepterons jamais ce genre de comportement». D’autant que les enquêtes ont démontré que la personne a perdu la vie des suites d’une maladie. «Contrairement à ce que l’on véhicule actuellement, elle n’a jamais été attaquée par mes partisans. Ils se disent victimes, alors que ce sont eux les coupables», a martelé le porte-fanion du «Tanora malagasy vonona».

    Paris et Mananjary

    Par ailleurs, le candidat n°13  a également profité de cette rencontre avec la population de Mananjary pour mettre les points sur les «i» par rapport aux rumeurs selon lesquelles il aurait mis le cap sur Paris pour assister à un procès. «Est-ce que Mananjary est devenu la capitale française ?», s’est-il demandé. Et de faire savoir au passage qu’il condamne fermement ce genre de désinformation. Cette rumeur émane, étrangement, d’un internaute qui avait déclaré en premier lieu sa candidature à la présidentielle et qui s’est ravisé par la suite par peur d’échec. «Les menteurs, les traîtres et les pilleurs ne pourront jamais changer. Andry Rajoelina n’est ni un menteur ni un traître et encore moins un pilleur. Je veux juste sauver Madagascar de la situation de pauvreté alarmante à laquelle il est confronté actuellement», a d’ailleurs ajouté le candidat n°13.

    Il n’a également pas manqué hier d’exposer son programme de développement. Sur ce, de nombreux projets vont être réalisés à Mananjary, à Vangaindrano et à Nosy Varika. A titre d’illustration, il prévoit d’apporter des solutions concrètes aux problèmes de délestage qui frappent le district de Mananjary, avec la mise en place d’un système d’énergie électrique renouvelable à bas prix. Le taux d’accès à l’électricité sera doublé dès son accession au pouvoir. Les jeunes de Mananjary bénéficieront également d’un stade «manara-penitra».

    Changement

    8 jours. «C’est le temps qui reste à la population malgache avant de réfléchir et changer l’histoire de Madagascar», a déclaré le candidat Andry Rajoelina à l’ouverture de son discours lors de sa descente dans le district de Vangaindrano. Apporter le changement et l’espoir, c’est l’objectif du candidat «numéro 13» à travers plusieurs projets, comme la poursuite des travaux de réhabilitation de la route reliant Vangaindrano à Taolagnaro, ainsi que les routes Vangaindrano – Imanja et Vangaindrano – Masihanaka. Le coût élevé de l’électricité constitue en effet un blocage à l’implantation des usines dans les zones enclavées comme Vangaindrano.

    A Nosy Varika, le programme d’Andry Rajoelina se focalise sur la réhabilitation des routes dans le centre ville et l’accès à l’eau potable. Dès son accession au pouvoir, un plan d’urgence social sera mis en œuvre. Cela consiste à installer des machines à forage pour faciliter l’accès à l’eau potable dans les zones reculées. Il sera également question de redressement de la Jirama, d’augmentation des espaces cultivables, de formation des maîtres Fram, de réforme de l’éducation et d’octroi de formation professionnelle pour les jeunes.

    Rakoto

    Les commentaires sont fermées.