Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Lynchage d’Ambodihazinina: la bombe désamorcée à temps

Lynchage d’Ambodihazinina: la bombe désamorcée à temps

La tension tombe dans la région Analanjirofo après les vives réactions résultant du lynchage de trois fonctionnaires de police en mission à Ambodihazinina. Les habiles interventions des hauts responsables ont ramené le calme dans les rangs des vis-à-vis la semaine dernière.

Le calme semble revenu dans le village d’Ambodihazinina après les menaces de représailles véhiculées sur les réseaux sociaux contre la population locale, grâce aux médiations menées par le ministre de l’Intérieur et son homologue de la Sécurité publique, qui ont fait une descente

à Fenoarivo-Atsinanana, jeudi dernier. La tension a en effet été à son paroxysme au sein des éléments de la police nationale, après ces actes d’homicide dont furent victimes leurs collègues en service commandé. Excités par les rumeurs de représailles, de leur côté, les villageois, appréhendant le syndrome «Antsakabary» se sont mis en état d’alerte, attendant de pied ferme le débarquement des forces de l’ordre pour opposer de la résistance. Quoi qu’il en soit, les autorités ont réussi à désamorcer une situation explosive résultant de plusieurs paramètres, en mettant face-à-face le peuple et les forces de l’ordre affectées à leur protection.

L’Inspecteur général de police Erick Michel, ministre de la Sécurité publique, a lancé un appel au calme aux parties en lice, tout en promettant d’ordonner des investigations dans les règles de l’art afin d’élucider cette affaire dans une totale objectivité. Les déclarations du Chef du gouvernement, Christian Ntsay, enjoignant les forces de l’ordre et la justice de s’acquitter équitablement de leurs tâches, ont par ailleurs eu des effets positifs : faire baisser la tension dans cette partie de la région Analanjirofo.

Manou

 

Les commentaires sont fermées.