Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Taux de mortalite: 29% de décès liés à la pollution à Madagascar

Taux de mortalite: 29% de décès liés à la pollution à Madagascar

21 à 29% du taux de mortalité à Madagascar sont liés à la pollution dont 74% sont causés par des diarrhées aiguës.

En 2016, Global alliance on health and pollution (GAHP) de Pure Earth et l’Institute for health metrics and evaluation (IHME), appuyés financièrement par la Commission Européenne (CE) et l’ONU, ont mené une étude sur l’impact de la pollution sur la santé à Madagascar. Hier, à l’hôtel Le Louvre Antaninarenina, en marge d’un atelier de validation du plan d’action sur la santé et la population (Pasp), les résultats ont été publiés.

A cause de la pollution, 30% des patients ont été victimes de maladie cardiaque ischémique (IHD), 29% d’AVC, 48% de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) et 52% du cancer.

Une perte de 166 millions de dollars

Sur le plan économique, l’IHME estime que les maladies liées à la pollution ont coûté à Madagascar entre 117 et 166 millions de dollars, soit 1,2% à 1,7% du PIB, en raison de la perte de productivité.

«Un pourcentage supérieur à celui de Sri Lanka (0,26% à 0,30%) et celui de Mozambique (0,83% à 1,1%) qui est un pays à faible revenu, mais ayant un nombre de population presque similaire à celui de Madagascar», selon le chef service de la gestion des pollutions du ministère de l’Environnement de l’écologie et des forêts (MEEF), Marthe Delphine Rahelimalala.

Et elle de déplorer le manque de prise de conscience de tout un chacun face à la pollution et ses impacts néfastes sur la santé, et par ricochet, sur le développement économique du pays.

Validation du Pasp

Initié conjointement en 2017 par le ministère de la Santé et celui de l’Environnement, en collaboration technique avec la GAHP Pure Earth, le Pasp a obtenu la validation des différentes parties prenantes, comme le ministère de la Santé, celui de l’Agriculture et de l’élevage, du Transport, de l’Eau de l’énergie et hydrocarbures et de l’Environnement. Cela, sans oublier le secteur privé, à l’image de la société civile et les ONG en charge de l’environnement.

A par l’identification des pollutions et des sites contaminés, à l’exemple de la pollution de l’air domestique qui touche la majorité des foyers malgaches, à cause de l’utilisation des charbons et des bois de chauffe, le Pasp comprend des directives sur la politique publique et le leadership visant à accroître les ressources financières et techniques pour la lutte antipollution.

Sera R.

 

Les commentaires sont fermées.