Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: inauguration du monument élevé à la mémoire du Général Gallieni à Tamatave (14)

(Suite.)

Cet effort pour créer des routes carrossables n’empêchait pas de préparer et d’entreprendre la construction du chemin de fer de Tananarive à la Côte, point de départ du réseau qui soit s’étendre progressivement aux contrées les plus fécondes de la Colonie, de travailler à l’aménagement des voies fluviales et des canaux, à commencer par le canal des Pangalanes dont il importe de poursuivre l’achèvement sans relâche, pour amener au port les innombrables et réputés produits de toute la côte Est.

Tant de travaux exigent d’abondantes ressources. Gallieni n’osait pas entrevoir le jour où son programme pourrait recevoir son indispensable complément.

«La construction de véritables ports», dit-il le 30 avril 1905, «comportant digues, bassins, quais, est trop coûteuse pour que la Colonie ait pu songer à l’exécution de travaux de cette nature, qu’au surplus l’importance du trafic ne motive pas encore».

Y a-t-il dans cette appréciation la crainte de se laisser entrainer à de trop vastes et surtout trop onéreuses conceptions, de la part de ce grand administrateur dont la scrupuleuse conscience s’exagérait d’importance de quelques insignifiantes déconvenues telles, par exemple, que les expériences de colonisation militaire ou officielle par lesquelles il était presque aussi impossible de ne pas passer que de réussir. Ne redoutait-il pas d’augmenter les charges fiscales parce qu’elles ne pesaient peut être pas encore du même poids sur toutes les catégories de la population ?

Qui sait ? Ce qu’on en peut dire c’est que la situation de la Colonie, devenue aujourd’hui majeure, s’est heureusement et sensiblement améliorée ; sans être encore prodigue au point de n’avoir pas à compter, elle peut se permettre des dépenses utiles et s’accorder une confiance qu’on est assez généralement disposé à lui témoigner, qu’elle ne manquera pas de justifier du reste.

En 1905, le mouvement du commerce de la colonie était de 72 091 tonnes.

Il a été en 1917 de 210 661 tonnes.

En 1907, le mouvement du port du Tamatave était de 19 925 tonnes.

Il a été en 1917 de 78 213 tonnes.

(À suivre.)

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.