Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Fokontany: les cartes électorales disponibles 

Fokontany: les cartes électorales disponibles 

Pendant que certains passent leur temps à essayer de saper les élections, le processus électoral avance sûrement. Le gap de la Ceni étant déjà comblé, plus rien n’empêche la tenue du scrutin. D’ailleurs, les cartes d’électeurs sont maintenant disponibles auprès des Fokontany.

«Toutes les cartes d’électeurs sont déjà réparties au niveau des fokontany de toute l’île», a indiqué le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Philibert Hervé Randriamanantsoa, joint au téléphone hier.

Cependant, celles-ci seront retirées auprès de chaque Fokontany, contrairement auparavant. «Les Fokontany ne disposent pas forcément de moyens nécessaires pour les distribuer, mais tout dépendra de l’organisation de chacun», a-t-il fait savoir.

Dans la capitale, certains Fokontany appellent déjà les électeurs à les retirer la semaine prochaine. Au moment du vote, chaque votant devra présenter sa carte d’électeur avec sa Carte d’identité nationale (CIN).

A défaut de CIN, la Ceni a toutefois fait savoir que les électeurs pourront toujours présenter leur permis de conduire ou leur passeport à la place. Seule la carte électorale reste obligatoire.

Nouvelles dispositions

Cependant, la Ceni a pris de nouvelles dispositions pour éviter tout incident durant le scrutin, notamment la corruption électorale. «Nous avons décidé cette année que le port d’appareil photo ou encore de téléphone portable par les électeurs est strictement interdit dans les bureaux de vote», a fait savoir le vice-président de la Ceni.

«Cela, pour éviter que certains ne prennent en photo leur bulletin de vote comme preuve, auprès du corrupteur par la suite», a-t-il poursuivi. Toutefois, les délégués de vote et les journalistes sont autorisés à prendre des photos dans le cadre de leur fonction.

La Ceni s’en tient aux textes

Pour la Ceni alors, toutes les conditions sont réunies pour la tenue du premier tour le 7 novembre et le second tour le 19 décembre. Cela, même si certains candidats tentent coûte que coûte de repousser l’échéance pour diverses raisons.

Jusqu’à hier, la Ceni n’a pas reçu la résolution d’Ivato. «On ne donne pas un ultimatum à la Ceni sans aucune mesure d’accompagnement», a affirmé Philibert Hervé Randriamanantsoa. «On pourrait aussi leur donner 48h pour modifier les textes électoraux», s’est-il amusé.

Et lui d’ajouter que «la Ceni s’en tient aux textes en vigueur. Il n’est plus question d’ouvrir la liste électorale, ni moins d’octroyer des ordonnances».

Pour le vice-président de la Ceni, les actions des candidats anti-élections arrivent déjà au stade du dénigrement des organes en charge des élections. «Les candidats ne s’en prennent pas trop à la Ceni, mais à la HCC. Toutefois, aucune action n’est encore entamée vu que le plus important est de maintenir un climat d’apaisement», a-t-il conclu.

A noter que dans ce sens, les textes prévoient la disqualification des candidats.

Tahina Navalona

 

 

 

Les commentaires sont fermées.