Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Imex-Douane: polémique autour des 12 conteneurs scellés par la Douane

Imex-Douane: polémique autour des 12 conteneurs scellés par la Douane

La Douane a scellé 12 conteneurs de la société de transit Imex, le 12 septembre dernier. Les gérants font appel à l’Administration de reconsidérer leur situation.  Par ailleurs, les 200 entreprises propriétaires des marchandises ont exprimé leur désolation, hier, à l’occasion d’une rencontre avec les responsables de la société Imex.

Le torchon brûle entre l’Administration douanière et la société de transit Imex. Alors que le directeur général des douanes a expliqué le 24 octobre dernier, qu’il existe un écart entre la quantité de marchandises déclarées et la réalité constatée par les agents des douanes, suite à la  visite effectuée au magasin de stockage de la société à Tanjombato, les gérants de la société  Imex rétorquent qu’ils ont respecté toutes les procédures de dédouanement.

A ce sujet, la principale gérante de la société, Claudine Rajaonarivelo explique, «Sur quelle base, la douane peut-elle parler de fausse déclaration alors tous les dossiers relatifs à ce sujet ne sont pas encore sortis. Plus encore, nous n’avons été notifiés d’une quelconque infraction, alors que notre magasin de dépôt privé a été scellé».

Avant de poursuivre que «les 12 conteneurs ont déjà fait l’objet d’une visite dans notre dépôt sous-douanes à Akorondrano. Puis, les agents de la Douane ont fait une contre-visite dans notre magasin de stockage privé à Ankorondrano et ont décidé par la suite de sceller les conteneurs».

Blocage

Quoi qu’il en soit, les 200 opérateurs qui ont confié leurs marchandises à Imex sont maintenant dans l’expectative.

«Cela fait déjà un mois et dix jours que nous attendons le dédouanement de nos produits. En tant que fournisseur d’établissements publics, il y a un délai à respecter dans les engagements pris, auprès de mes clients. Avec le blocage qui n’est nullement de notre faute, les clients vont certainement me facturer des intérêts moratoires», déplore un fournisseur.

Un autre opérateur de se plaindre : «Nous louons notre boutique à des Chinois. Ils ne veulent rien entendre par rapport au retard du loyer à honorer à chaque début du mois. Le blocage de notre marchandise nous crée de véritables problèmes».

Au niveau de la Douane, Eric Narivony Rabenja précise que «le traitement du dossier contentieux prend du temps en raison de la quantité des marchandises. A titre d’exemple, une déclaration comprend jusqu’à 50 pages».

Riana R.

 

Les commentaires sont fermées.