Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Ambatonamelankafatra: la BD comme vecteur de message

Ambatonamelankafatra: la BD comme vecteur de message

«Ambatonamelankafatra» lance les préparatifs pour ouvrir la page d’une 3e édition, du 28 novembre au 5 décembre au Tahala Rarihasina Analakely.

Après 2 années de stand-by, les bédéistes ont repris les choses là où ils les ont laissées, avec cette nouvelle édition qui s’annonce riche en découvertes et partages. Durant 8 jours d’affilés, la Bande dessinée (BD) sera en fête à travers une série d’expositions, de débats et de performances.  Les organisateurs invitent également à une réflexion plus profonde sur les moyens d’accompagner ce secteur vers l’autonomie.

«Faute d’une maison d’édition spécialisée pour la bande dessinée, les bédéistes n’ont pas d’autres alternatives que de se tourner vers l’autoédition et la microédition», déplore Bienvenu Rafalinirina, du comité d’organisation.

La mission fondatrice d’«Ambatonamelankafatra» est justement de rendre sa lettre de noblesse à cet art. Il s’agit de «redonner goût à la lecture afin que la bande dessinée soit de nouveau mise à la portée des passionnés et des promoteurs», renchérit-il.

Caractère ludique

Cette année, les bédéphiles vont redécouvrir de chefs d’œuvre rares et déjà épuisés sur les étals des librairies, pour ne citer que «Ny Ombalahibemaso» de R.P. A. Rahajarizafy, la première BD malgache parue en 1961, qui raconte l’histoire du roi Andrianampoinimerina depuis sa naissance.

Les contes et légendes trouveront également leur place lors de cette édition. Une richesse encore sous-exploitée, la littérature orale est une source inépuisable d’inspiration pour les bédéistes. Et comme le mois de novembre rime avec rentrée, des ouvrages thématiques seront présentés à cette occasion.

En effet, au-delà de son caractère ludique, la BD constitue un puissant vecteur de message et d’éducation. A preuve, les matières scolaires vont de paire avec le dessin.

Joachin Michaël

Les commentaires sont fermées.