Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Candidats anti-élections à Ivato: Coup d’Etat en gestation

    Candidats anti-élections à Ivato: Coup d’Etat en gestation

    La réunion des anti-élections, composés par un groupe de candidats à la présidentielle, ressemble plus à un coup d’Etat qu’à une volonté d’améliorer les choses.

    Les candidats anti-élections maintiennent leur réunion au Centre de conférences international d’Ivato (CCI) en vue de repousser la date des élections. Selon des indiscrétions, plusieurs membres des institutions tels que le CFM ou encore les chefs d’église au sein du FFKM, ont été invités à ce rendez-vous. Pour autant, leur présence n’est pas encore acquise.

    La seule certitude, ce sera la présence d’un groupe de candidats qui a voulu intégrer le processus électoral dans le but de saper la présidentielle de l’intérieur. C’est le cas de l’ancien président de la République Didier Ratsiraka.

    Ce dernier a d’ailleurs lancé cette idée de conférence souveraine, une initiative vague et dont la définition reste creuse,  pour réunir des acteurs politique en mal de popularité à Ivato.

    En réalité, à l’instar du dernier pseudo réconciliation nationale, le schéma est connu d’ avance. En effet, l’objectif est de palabrer et de conclure par la suite que le processus électoral ne devrait avoir lieu. Par la suite, la rencontre débouchera sur la mise en place d’un nouveau gouvernement. En d’autres termes, un moyen plus simple pour ces candidats qui ne pèsent pas lourd d’accéder au pouvoir sans passer par les élections.

    Schéma préétabli

    Il s’agit d’un schéma préétabli dont la fin tombe sous le sens. Comme c’est le cas dans certains pays d’Afrique après une crise politique. Pour Madagascar, le régime  HVM avait cinq années pour montrer sa capacité à faire de la Grande île un pays qui avance vers le développement. Ce qui est loin d’être cas jusqu’ici.

    Pour rappel, une grande partie du groupe des anti-élections avait déjà participé à la réunion organisée par le CFM à Ivato, en juin dernier, en tentant d’adopter «une convention pour la refondation et la réconciliation nationale» suite à la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC) par rapport à la requête en déchéance du Chef de l’Etat.

    A l’époque, le groupe avait prévu de mettre en place une «Haute autorité de la refondation (HAR)»ainsi qu’un «Nouveau cadre juridique fixant les fonctions des nouvelles institutions de la République».

    Mais au final, la rencontre a tourné au vinaigre et s’est transformée en bagarre. Apparemment, Didier Ratsiraka et consorts entendent rééditer le rendez-vous demain à Ivato sauf que cette fois-ci, à la veille des élections dont ils n’ont aucune chance de gagner,  c’est un changement anticonstitutionnel que le groupe veut adopter.

    Rakoto

    Les commentaires sont fermées.