Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Entrepreneuriat: quid des financements et des formations

Entrepreneuriat: quid des financements et des formations

« Le manque de financement, un blocage majeur au développement de l’entrepreneuriat ? Former en entrepreneuriat est-il obligatoire pour réussir son projet d’entreprise ? »

C’est sur ces thèmes que s’est focalisé le débat parlementaire contradictoire, organisé samedi dernier par l’Unité d’incubation entrepreneuriale et emploi (UIEE), dans les locaux de la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo.

Cette manifestation a reçu le soutien de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et a vu la participation des institutions universitaires, telles l’EFPA Accem, la Faculté des droits et des sciences politiques de l’université d’Antananarivo, l’Essca et l’INTH.

D’après les lauréats sacrés par le jury durant ce débat, à savoir l’équipe de l’Essca Antanimena, chacun peut devenir entrepreneur mais il faut avant tout de la persévérance, de la volonté pour réussir son projet. Mais déjà, il faudrait également acquérir une certaine expérience, par exemple, avoir été salarié au sein d’une entreprise et connaître au moins le domaine d’intervention.

L’entrepreneuriat, un état d’esprit

Ando Rasendramahavalisoa, étudiante en Master 1 marketing et commerce de l’Essca, une des lauréates  soutient que «le financement demeure un blocage majeur puisque les taux d’intérêt des banques sont encore assez importants. A cela s’ajoute la pression fiscale dissuasive».

«La formation n’est pas tout car il faut aussi une certaine compétence et un savoir-faire. D’ailleurs, on peut aussi développer son réseau avec notre environnement de proximité», a-t-elle ajouté.

Il est également sorti de ce débat que les périodes de crise sont parmi les plus opportunes pour entamer un projet d’entrepreneuriat, dans la mesure où le coût d’investissement devient bas à cette période donnée. «Les crises ne doivent pas se présenter comme obstacles malgré certains défis à relever», a confié en outre notre interlocuteur.

Henrico Andriamianja, étudiant en 2e année en droits et sciences politiques de l’université d’Antananarivo, qui souhaite entrer dans le domaine entrepreneurial,  indique pour sa part que «l’entrepreneuriat est avant toute chose un état d’esprit qu’on entretient au quotidien, cela part d’une ambition. Le financement ne doit pas être un blocage pour le développement de l’entrepreneuriat. Il existe déjà de nombreux centres d’incubation qui peuvent offrir leur assistance».

 

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.