Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Tournée électorale: l’énergie et la sécurité au centre des préoccupations de Rajoelina

Tournée électorale: l’énergie et la sécurité au centre des préoccupations de Rajoelina

La sécurité et l’énergie. Ce sont les deux principaux thèmes abordés par le candidat Andry Rajoelina hier, dans le cadre de sa tournée électorale. En sillonnant les localités de Ranomafana, Ambatofinandrahana,  Ifanadiana, Isandra, Ihosy et d’Ambohimahasoa, le candidat n°13 a pris bonne note les préoccupations majeures des locaux.

A Ranomafana, il a par exemple relevé les difficultés liées à l’énergie dans cette ville qui est aussi devenu un problème national ces dernières années. « Nous avons un central hydraulique, mais le prix de l’électricité ne cesse d’augmenter. Après mon élection,  nous allons installer un central hydraulique, à travers le projet Namorona II, pour réduire le coût de l’électricité. Une destination touristique comme Ranomafana sans électricité est impensable», a soutenu l’ancien homme fort de la Transition.

Rattraper le retard

Ce n’est pas la première fois que l’ancien président de la Transition met l’accent sur les difficultés liées à l’énergie. Lors de l’officialisation de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM), le 26 janvier dernier, il s’était déjà interrogé sur ce sujet.

«Est-il normal qu’avec un potentiel énergétique de 7.800 mégawatts en hydraulique,  de 8 mètres/seconde de puissance en éolienne et à seulement à 50 mètres de hauteur, de 2.000 kilowatt-heure par m2 / an en énergie solaire, Madagascar n’a seulement qu’une capacité énergétique de 320 mégawatts pour ses 25 millions d’habitants ?».

A l’époque, il avait fait un constat en notant  que seulement 15% des ménages et du secteur productif ont accès à l’életricité et que le coût du kilowatt-heure atteint jusqu’à 28 centimes d’euros. Par ailleurs, les Malgaches paient deux fois plus cher le prix par rapport au tarif européen qui est de 12 centimes d’euros.

«Ce n’est pas tenable, c’est inadmissible», avait-il alors indiqué. A ce propos, l’engagement n°2 de l’IEM précise les points suivants. «L’énergie et l’eau pour tous : offrir une électricité moins chère, électrifier et raccorder tout Madagascar, améliorer l’accès à l’eau potable des populations».

Sur ce point, lors d’un débat organisé au Carlton, les experts et techniciens se sont aussi penchés sur la concrétisation d’une transition énergétique répondant aux besoins du pays dont l’objectif est d’éclairer toute l’île.

Des équipements pour lutter contre l’insécurité

Toujours dans le cadre de ses déplacements, hier le candidat n°13 a aussi évoqué l’un des inquiétudes permanentes des Malgaches, ces derniers temps, que ce soit en ville ou en campagne. Il s’agit de l’insécurité grandissante.

A Ambatofinandrahana, la population a indiqué que l’insécurité, c’est leur première inquiétude, à travers notamment les attaques quotidiennes des «dahalo». En effet, jour et nuit, la population d’Ambatofinandrahana vit terrorisé par les «dahalo». «Non seulement, ils volent les bovidés, mais ils incendient aussi les villages et tuent les gens», a déploré l’élu dans cette localité.

De son côté, Andry Rajoelina a tenu à rassurer la population, d’autant que l’IEM propose des solutions efficaces pour lutter contre l’insécurité en général et les attaques des «dahalo» en particulier.

«La règne des dahalo prendra fin une fois que Andry Rajoelina accèdera au pouvoir», a-t-il promis. A cet effet, une Force d’intervention spéciale sera mise en place pour éradiquer ce fléau. Cette unité sera équipée d’hélicoptères et de matériels sophistiqués comme les drones et des véhicules tout terrain.

«10 hélicoptères au minimum survoleront les 22 régions pour traquer les dahalo», a promis Andry Rajoelina, tout en soutenant qu’il n’hésiterait pas à limoger tous les responsables qui ne remplissent pas leur mission qu’est de défendre les citoyens et leurs biens.

Dans le même registre, le candidat n°13  prévoit de diriger lui-même cette force d’intervention pour mener à bien la lutte. A cet effet, Andry Rajoelina a réaffirmé sa tolérance zéro vis-à-vis des forces de l’ordre complices des «dahalo» et pour les receleurs des bovidés volés.

«En 5 ans, nous rattraperons le retard de développement de Madagascar depuis l’indépendance», a réitéré le candidat Andry Rajoelina.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.