Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Fondation H; Hassanein Hiridjee : «J’ai la ferme intention d’aider les artistes»

Fondation H; Hassanein Hiridjee : «J’ai la ferme intention d’aider les artistes»

Mécènes de l’exposition «Madagascar : arts de la Grande île», qui se déroule jusqu’au mois de janvier prochain au musée du Quai Branly en France, Axian et la fondation H ont organisé hier, à Andraharo une visite virtuelle. «Dorénavant, je souhaiterai aider financièrement les artistes, exposer leurs œuvres et les guider», a annoncé Hassanein Hiridjee, fondateur de la fondation H.

«La France et Madagascar ont une relation étroite dans l’histoire. Malheureusement, beaucoup de français ne disposent pas de suffisamment d’informations sur la Grande Île, notamment en ce qui concerne la culture malgache», dixit Aurélien Gaborit, historien de l’art et commissaire de l’exposition. La dernière exposition sur Madagascar date de 1946. De plus, «elle fut davantage orientée vers l’ethnologie. Il est donc temps de faire connaître la culture et l’art malgaches au reste du monde», a-t-il souligné.

Consciente de ce manque d’appui et de visibilité des artistes malgaches ainsi que de leurs œuvres dont l’art contemporain, la fondation H a décidé de consacrer sa mission à les promouvoir. «Plusieurs années de carence se sont écoulées. La fondation essaiera progressivement de combler ce vide», a annoncé le Hassanein Hiridjee.

A la découverte du pays

L’exposition «Madagascar: arts de la Grande Île» propose plus de 360 œuvres qui reflètent à la fois l’histoire et la culture de notre pays. «Etant Malgache que je suis, j’ai découvert durant cette visite virtuelle plusieurs cultures que je ne connaissais pas auparavant», a affirmé hier l’un des visiteurs.

Plusieurs détails intéressants y sont exposés, tels que l’œuf de l’oiseau-éléphant qui a disparu au pays il y a déjà 1.000 ans et qui n’existait pourtant qu’à Madagascar, les divers pots originaires de Vohemar, qui datent du 17e siècle, ou encore les manuscrits qui reflètent l’origine du peuple. «Résultats d’un mélange exceptionnel de la culture d’Afrique orientale avec celle du monde arabe, de la Perse, de la Chine… ces manuscrits forment l’identité culturelle malgache», a expliqué la guide.

Trois artistes malgaches y exposent, à savoir Temandrota, Mme Zo et Pierrot Men. En Visitant le musée, force est de constater que ces trois artistes n’étaient pas choisis de manière fortuite. Temandrota expose quelques œuvres sur le «Monde des vivants et des morts, le monde invisible». Spécialiste en art de la transformation, il y présente un «Aloalo» orné d’un zébu puissant.

Mme Zo quant à elle, présente quelques tableaux qui reflètent l’art du textile malgache tout en les modernisant. L’artiste mélange en effet la technique traditionnelle et les matériaux originaux, dont les bandes magnétiques des cassettes.

Enfin, spécialiste en cliché en noir et blanc, le photographe Pierrot Men y dévoile la beauté et la richesse de notre pays en présentant quelques images telles que des baobabs, des ravinala, des maisons traditionnelles de la campagne…

 Holy Danielle

Les commentaires sont fermées.