Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Port de Toamasina: les problèmes de congestion résolus

Port de Toamasina: les problèmes de congestion résolus

Après de longues discussions dans le cadre du Dialogue public-privé (DPP), relatives aux difficultés rencontrées par les opérateurs au port de Toamasina, plusieurs dispositions sont prises pour relancer la machine.

Le port de Toamasina, qui traite près de 75% de flux des marchandises à Madagascar, est en surrégime depuis quelques années. Sa capacité estimée à 239.000 EVP (Equivalant vingt pieds) est largement dépassée en ce moment. De 243.047 EVP en 2017, la barre des 250.000 EVP est aujourd’hui atteinte. Ce qui explique la congestion au niveau du port au premier trimestre de cette année.

«Les procédures ont été ralenties. Les embouteillages des camions ont bouché la circulation, aussi bien à l’entrée du port qu’à l’intérieur au niveau du terminal», relate Michaël Ratrimo, directeur de l’Administration et de développement du terminal, au sein de Madagascar international container terminal services Ltd (MICTSL). C’est pourquoi, le Groupement des entreprises franches et partenaires (GEFP) au niveau de la plateforme de Dialogue public- privé (DPP) a pris l’initiative de désengorger le port de Toamasina.

Parmi les dispositions prises, des fenêtres fixes d’accostage sont de nouveau mises en place par l’autorité portuaire depuis le 1er septembre. «Ce système est indispensable à la stabilité des opérations portuaires en parallèle à d’autres réorganisations comme la rectification des horaires de travail de la Douane, qui est désormais de 7 à 12 heures et de 14 à 20 heures», a expliqué un responsable au niveau de l’Economic developement board of Madagascar (EDBM), qui assure le secrétariat technique du DPP avec le Comité de pilotage.

Un endroit de transit

Dans cette optique, les transporteurs sont appelés à arriver tôt au port pour un meilleur planning de travail. Sur le même sujet, le directeur de l’Administration  et de développement du terminal au niveau de MICTSL a soutenu que «le port est un endroit de transit mais non de stockage». En fait, au mois d’avril, plus de 2000 conteneurs déjà dédouanés, ont encore occupé l’espace du terminal pendant des mois.

Par ailleurs, des équipements nécessaires pour améliorer les activités au niveau du port sont actuellement opérationnels. Il s’agit de 4 grues mobiles avec 9 rubber tyred gantries (RTG), 5 reachstackers, 3 emptyhandlers, 20 tracteurs et 24 remorques de terminal. En outre, la construction d’une route reliant la RN2 bis au port, suivant le littoral, est aussi en vue pour améliorer la fluidité de la circulation aux alentours du port.

En outre, «le service de facturation de MICTSL est ouvert de 7 à 19 heures en journée continue, du lundi au vendredi et le samedi jusqu’à midi. Il est également possible pour les transitaires de demander les factures de magasinage à distance, après paiement des frais de débarquement. Le paiement des frais de débarquement avant l’arrivée du navire est possible, sous réserve d’obtention du bon à délivrer», indique-t-on auprès de l’EDBM.

Riana R.

 

 

Les commentaires sont fermées.