Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Pérégrinations hebdomadaires: démesures en toute légalité

La législation n’ayant pas établi un plafond du financement pour mener campagne, il n’y a pas de quoi s’étonner d’une débauche de moyens mis à contribution tel que le montre le film des spectacles déjà avant l’ouverture officielle de la campagne au cours de cette période indéterminée baptisée du nom de pré-campagne en toute familiarité sans cérémonie hors des fonds baptismaux de la loi. La logique relève d’une simplicité biblique : pas de loi pas d’infraction, pas de plafond pas de dépassement, pattes blanches présument de la blancheur du contenu des caisses. Les vœux pieux lors d’une cérémonie d’engagement pour respecter une bonne conduite de leur côté n’ont pas enflammé les candidats, proportionnellement peu d’entre eux y ont adhéré plus nombreux s’en sont méfiés les uns suspectant un piège, d’autres dénonçant la formule comme formalité emplie d’hypocrisie dont il ne faut attendre aucun effet.

Inégalités des moyens et égalité des chances

A l’évidence les candidats ne disposent pas des mêmes moyens. Le plus nanti a posé très très haut

la barre, loin derrière les mieux lotis après lui tentent de suivre en ahanant, alors que les plus défavorisés soufflés par le constat d’une différence s’essoufflent avant de commencer et adoptent un plan B qui conseille de fonctionner à l’économie et d’attendre la dernière semaine avant de faire plein gaz. Tout se vaut et se justifie et même s’il y avait injustice quelque part, il n’est plus temps de se morfondre, décomplexer la modestie des moyens en faisant l’impasse sur des manifestations davantage entreprises pour le prestige qu’estimées en raison d’un leurre à propos de leur efficacité à attirer les suffrages, ainsi réagissent les décideurs dans les P.C. et états-majors des concurrents. A adapter leur rythme à la cadence des moyens les candidats constitue un atout non-négligeable pour pouvoir se maintenir dans la course. C’est que personne n’a encore abandonné espoir, des résultats de sondage circulent sous le manteau, qul crédit faut-il y accorder, on ne sait même pas si les ondages sont réels et si les chiffres n’ont pas été truqués, ou s’il ne s’agit que d’intox, en tous cas quels que décourageants que puissent apparaître les écarts ils ne parviennent à abattre les retardataires. On annonce ça et là des incidents qui ont de condamnable de provoquer des perturbations pour déranger les manifs des concurrents, ce qui donne aux victimes l’opportunité de désigner leur ennemi favori comme commanditaire de ces bassesses. Pour l’instant la campagne semble encore frappée de torpeur et si l’ambiance tarde à s’enflammer on ne devrait pas trop se plaindre au contraire on devrait se féliciter que cette ambiance bon-enfant donne des airs de kermesse permettant d’espérer qu’aucun drame ne vienne endeuiller ce climat déja sans joie par lui-même.

L’insécurité veille et menace de perturber la tenue de l’élection

Des dahalo ont mené des opérations spectaculaires contre des symboles de l’élection en tentant de mettre le feu spécialement à des bureaux de vote en même temps qu’ils incendiaient les habitations. On dirait que la volonté de créer un climat de terreur se fait jour en utilisant de prétexte et les actes de banditismes qui s’installent dans les manières extrêmes de sauvagerie et de bestialité. Les enquêtes au niveau actuel ne permettent pas de savoir s’il s’agit d’une simple coïncidence ou si des adversaires de la tenue de la prochaine élection manifestent leur opposition en créant un climat de violence dans l’espoir d’un ajournement. Sans qu’il n’existe un lien connu entre ces menées de violence, des initiatives, qui se veulent dans la légalité, ont été entreprises par le groupe de candidats qui s’opposent au déroulement des élections en prenant prétexte cette fois-ci les erreurs relevées dans les listes électorales, des erreurs qui à première vue suffisent à discréditer l’organisation et à n’accorder aucune valeur aux résultats. La Haute Cour Constitutionnelle qui est saisie du problème en appréciera. Les menées de ces candidats qui malgré leur acte de s’être portés candidats affichent une grande détermination

à obtenir un report ou un ajournement sine die, commencent à miner le moral de la population. Les incessants combats d’arrière garde empestent l’atmosphère, ce qui n’empêche que de plus en plus nombreuses sont les personnes qui prennent le pas de ce groupe perturbateurs à tous crins, les témoignages de ces personnes apportent de l’eau au moulin des réquisitoires à l’encontre de ce qui est des listes électorales.

Le public n’est pas dupe, d’un côté comme de l’autre les forces politiques les plus puissantes ne manqueraient pas une occasion pour manœuvrer déroulement et résultats par des manipulations en leur faveur respective, mais personne n’est allé jusque là à soupçonner des manœuvres d’une ampleur propre à fausser l’ensemble des résultats. Aujourd’hui le doute commence à envahir une frange de la population. Sont autant dangers, les opérations entreprises pour trahir la vérité des résultats, les manipulations de l’opinion pour y semer le doute, autant que les conséquences de chacun de ce genre d’initiative qui font du doute un doute raisonnable.

Léo Raz

 

Les commentaires sont fermées.