Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Inauguration du monument élevé à la mémoire du Général Gallieni

à Tamatave (2)

(Suite.)

Jusqu’au bout ! N’est-ce pas, en effet, la glorieuse devise de celui qui, de Bazeilles au Niger, du Tonkin à Madagascar et de Tananarive à Paris consacra pendant plus d’un demi-siècle et dans les circonstances les plus diverses, son indomptable énergie jointe à des hautes qualités administratives et à une élévation d’esprit et de cœur qui commandait le respect de ses pires ennemis eux-mêmes, à ajouter quelques fleurons à la couronne de gloire et quelques richesses au patrimoine de notre belle France ?

Si la mort du Général Gallieni produisit dans toute notre Colonie malgache, en outre d’une émotion patriotique profonde, d’unanimes regrets, c’est précisément parce que nous avions assisté aux luttes qu’il a eues à soutenir, au développement de toutes les qualités qu’il lui a fallu déployer pour pacifier puis organiser ce pays.

Je n’ai pas l’intention de détailler ici l’action du Général Gallieni à Madagascar ; d’autres voix plus autorisées et plus éloquentes que la mienne le feront sans doute. Qu’il me suffise de constater qu’à son arrivée, il avait trouvé un pays encore à demi sauvage, sans aucun outillage économique ; une administration très voisine de l’anarchie, des populations en révolte ; et qu’à son départ, il a laissé une Colonie en bonne voie de prospérité, des routes et un chemin de fer construits ou en construction, permettant d’écouler facilement les produits d’une agriculture et d’une industrie naissantes, une administration établie sur des bases si solides que ses successeurs ne trouveront à y apporter que des modifications de détail ; enfin une population tout à fait calmée, ayant loyalement accepté le nouvel ordre de choses établi, à tel point que plus tard, lorsque la France se verra obligée de tirer l’épée du fourreau, elle trouvera parmi ses nouveaux enfants, pourtant si peu nombreux, quarante mille volontaires prêts à se ranger sous les plis de son Drapeau et à mourir pour la défense de son droit et de ses frontières menacées.

 

(À suivre.)

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.