Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Campagne électorale: chef Luc Ratsimbazafy annonce la couleur

Campagne électorale: chef Luc Ratsimbazafy annonce la couleur

Des personnalités politiques ont exprimé hier leur soutien au candidat n°13.

Un autre élu, indépendant, s’ajoute à la longue liste des partisans de l’ancien président de la Transition. Hier, en effet, le député Luc Ratsimbazafy, a déclaré officiellement son appui au candidat du Mapar, Andry Rajoelina, lors d’une rencontre avec la presse, à Maibahoaka-Ivato.

«Après mûres réflexions, et consultations avec notre base,  (…) nous avons pris la décision de  soutenir le fondateur de l’IEM, le président Andry Rajoelina, à la présidentielle», a-t-il déclaré.

Le fondateur de l’association «Fanamby 88» assume parfaitement ce choix en rappelant que les projets de l’IEM correspondent aux attentes des électeurs. «Il ne s’agit pas seulement d’une simple déclaration de soutien, car nous allons faire campagne en faveur du candidat n°13 à partir de notre Quartier général», a ajouté le député Luc Ratsimbazafy.

Une prise de position qui s’ajoute à une longue liste des élus qui ont déclaré leur soutien à la candidature d’Andry Rajoelina depuis l’ouverture de campagne électorale. Comme c’est le cas du député d’Atsimondrano, Harijaona Randriarimalala et de Siteny Randrianasoloniako.

Légitimité

C’est d’ailleurs dans ce même registre que des acteurs politiques, réunis au sein du «Groupe de réflexion Fanarenana  (GFR)» auquel fait partie l’ancien ministre Vy Vato Rakotovao, ont rencontré la presse, hier à Ankadivato. D’ après le GFR, les changements constitutionnels dans le pays sont le fruit de la mauvaise gouvernance et de la dictature perpétrée par des anciens dirigeants, tels que Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina.

 «Nous allons soutenir l’IEM car c’est l’entité qui est capable de réaliser les attentes déçues de la population de ces derniers années. Ces projets permettront de créer des emplois, de fournir les besoins quotidiens de la population…», a fait savoir le groupe.

Le mouvement GFR a par ailleurs saisi la rencontre avec la presse, hier, pour rappeler que les termes «coup d’Etat» et «putsch militaire» sont devenus  des effets de mode à travers les medias. «Sauf qu’il faut savoir que ce n’est pas la répétition des crises qui est à l’origine de la situation actuelle du pays mais  la répétition des erreurs des dirigeants», explique un ténor du GFR qui ajoute au passage que les mouvements populaires de ces dernières années sont légitimes.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.