Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Crime a Imerintsiatosika: deux suspects placés à Tsiafahy

Crime a Imerintsiatosika: deux suspects placés à Tsiafahy

Les sept suspects du triple homicide à Imerintsiatosika ont été présentés au parquet du Tribunal de première instance d’Arivonimamo samedi. La libération provisoire de cinq d’entre eux fait planer le doute sur la sincérité des instances juridiques parmi les proches des victimes

Cinq des sept individus arrêtés suite au triple homicide suivi de viol et de vols chez une famille à Imerintsiatosika ont recouvré la liberté, samedi, après leur défèrement au Tribunal d’Arivonimamo en attendant leur procès. Accablés de charges flagrantes, les deux autres ont été placés en détention préventive à la Maison de force de Tsiafahy, mais devront tous faire l’objet d’une enquête approfondie le 24 de ce mois, d’après nos sources. Des effets vestimentaires et des chaussures maculés de sang ont été en effet saisis sur l’un des deux principaux suspects au moment de son arrestation tandis que de fortes présomptions résultant de leur relation étroite ont pesé sur l’autre.

Cette décision n’a point satisfait les proches des victimes, qui soupçonnent l’implication de certains individus libérés dans ce crime odieux, selon leurs indiscrétions. Quoiqu’il en soit, ils se soumettent à la décision du tribunal par respect de l’indépendance de la justice, a révélé un membre de la famille, malgré quelques réticences sur d’éventuelles manœuvres destinées à innocenter certaines personnalités marquantes de la ville, qui sont impliquées dans l’affaire.

A titre de rappel, un couple (opérateur en multiservices) et sa fille de cinq ans ont été sauvagement assassinés à coups de couteaux à leur domicile de Mamoladahy Imerintsiatosika dans la nuit du 26 août. Outre le vol qu’ils ont commis, les malfrats ont également abusé de la mère de famille au cours de l’attaque, d’après les constatations du médecin-légiste.

Manou

Les commentaires sont fermées.