Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Droits de l’enfant: le secteur privé a un rôle à jouer

Droits de l’enfant: le secteur privé a un rôle à jouer

La promotion des droits de l’enfant est une affaire de tout un chacun. Raison pour laquelle, le sujet a été examiné de près à l’occasion du Salon sur la Responsabilité sociétale des entreprises et Initiative pour le développement durable (IDD), qui se déroule hier jusqu’à ce jour à l’hôtel Carlton d’Anosy. L’Unicef, via son Représentant à Madagascar, Michel Saint-Lot, se dit être «convaincu du rôle important que peut jouer le secteur privé dans la réalisation de ces droits, à travers la mise en place des pratiques et politiques respectueuses des droits des enfants dans son milieu de travail et avec ses partenaires», a-t-il souligné.

En outre, le secteur privé va jouer un rôle moteur dans l’atteinte des Objectifs du développement durable (ODD), notamment les initiatives visant la croissance économique durable et inclusive (ODD 8), l’industrialisation durable (ODD 9), les modes de consommation et de production durable (ODD 12). Des objectifs qui auront des impacts positifs sur les ODD 1 et 2, la lutte contre la pauvreté et zéro faim, qui ciblent également les enfants.

Une responsabilité partagée

Pour l’Unicef, «la démarche de responsabilisation sociétale d’entreprise «RSE» va au-delà de l’unique responsabilité d’une entreprise, c’est une responsabilité partagée, une création de valeur commune pour assurer un développement durable et inclusif, raison pour laquelle le renforcement de capacités des ministères en charge des secteurs économiques est effectué dans ces domaines».

Ainsi, «l’Unicef fonde ses démarches de partenariat et d’appui aux acteurs clés du secteur privé à travers les Principes directeurs sur les Droits de l’enfant et les entreprises (PDEE) – principes qui les orientent dans la mise en place de politiques et de pratiques respectueuses des droits humains et principalement les droits de l’enfant», a enchaîné Michel Saint-Lot.

Sachant que dans la Grande île, presque la moitié des enfants souffrent de malnutrition chronique ou de retard de croissance. Cette problématique sera abordée ce jour lors du «talk-show» avec les jeunes entrepreneurs et les jeunes leaders de Madagascar. L’innovation par l’intégration de ces «talk-shows» renforce l’intérêt de l’Unicef dans l’accompagnement des jeunes à acquérir leur plein potentiel et à cadrer leurs pratiques, leurs politiques et leurs stratégies de développement, d’une manière durable et inclusive.

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.