Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Sécurisation foncière: la BM mise sur le renforcement des droits

Sécurisation foncière: la BM mise sur le renforcement des droits

«Aujourd’hui, seule 30 % de la population mondiale détient un titre de propriété foncière officiel. Les pauvres et les personnes politiquement marginalisées sont souvent les plus affectés par les risques liés à un régime foncier peu sûr», a publié la semaine dernière la Banque mondiale (BM).

Pour le cas de Madagascar, une étude menée dans le cadre du projet de Croissance agricole et de sécurisation foncière (Casef) a montré que, depuis la réforme foncière de 2006, innovant la possibilité de certification sur des parcelles occupées dans le cadre de la gestion foncière jusqu’en 2017, 100.000 certificats ont pu être enregistrés.

Ce projet, lancé depuis la fin de l’année 2017, à travers l’opération «Hetsika karatany», a permis en outre d’enregistrer 120.000 certificats en moins d’un an. A ce sujet, un certain nombre de projets d’amélioration des régimes fonciers est en cours. L’administration foncière a également procédé à la modernisation des processus de traitement des données. Toutefois, seule une minorité détient encore un titre foncier.

Pour cette institution, les régimes fonciers défaillants perpétuent la pauvreté et la marginalisation qui freinent dans ce sens la croissance économique. «Le contraire est tout aussi vrai», souligne l’auteur de cette étude.

«L’occupation des terres est au cœur du développement. La sécurité des droits fonciers est ainsi indispensable pour construire des communautés inclusives, résilientes et durables qui stimuleront le progrès économique et social à long terme», conclut ainsi la Banque mondiale.

Arh.

Les commentaires sont fermées.