Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Atsimo Atsinanana: crise entre policiers et fokonolona à Manombo

Atsimo Atsinanana: crise entre policiers et fokonolona à Manombo

Une friction entre les éléments de la police nationale et la communauté locale de l’aire protégée de Manombo menace  la sécurité publique dans le district de Farafangana. Le fokonolona dénonce des arbitraires commis par le commissariat de police locale à son encontre.

La terreur règne, depuis quelques semaines, dans le fokontany de Manombo, à une trentaine de kilomètres au sud du chef-lieu de district, dans la région Atsimo-Atsinanana, suite à une vague d’arrestations opérées par le commissariat de police de  Farafangana. La population déplore la méthode qu’elle qualifie de stalinienne, procédée par ces éléments des forces de l’ordre qui opèrent en dehors de leur juridiction et  qui violent sciemment le cadre légal du délai de détention en garde à vue pour interrogatoire, selon les déclarations du représentant de la communauté. Il a rappelé à cet effet le cas de deux individus arrêtés et battus sans interruption, du 27 au 30 juillet dernier, pour leur soutirer des aveux dans le cadre de leurs enquêtes. Les habitants dénoncent aussi les menaces perpétuelles subies. Des éléments du commissariat de Farafangana les auraient mis en joue avec des armes à feu, au cours d’une réunion destinée à instaurer une entente entre les parties, organisée par le chef du fokontany de Maropanahy, selon leur révélation.

Les membres de la communauté locale de l’aire protégée de Manombo ont démenti les informations diffusées par le commissaire de police de Farafangana sur une chaîne publique pour se disculper, puisqu’il a libéré, contre paiement, ceux qu’il a accusés de dahalo, arrêtés dans la circonscription de Manombo. Les victimes sollicitent des investigations des autorités compétentes pour élucider cette affaire, risquant de tourner à l’émeute populaire, dans les plus brefs délais.

Manou

Les commentaires sont fermées.