Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

La police face au defi de l’insecurite : «La mort de notre collègue ne nous fera pas reculer»

La police face au defi de l’insecurite : «La mort de notre collègue ne nous fera pas reculer»

La police se trouve actuellement confrontée à plusieurs défis. Citant entre autres les attaques à main armée, les kidnappings et la corruption, le ministre de la Sécurité publique, le directeur général de la police nationale et la grande famille de la police entendent relever ces défis.

«Pas plus tard qu’avant-hier (ndlr : mercredi) à Ankadindramamy, nous avons perdu un collègue. Il a froidement été abattu par des bandits. Mais cela ne fera pas reculer la police dans les efforts pour la mise en place d’une sécurité viable. C’est un défi», a déclaré, hier, le directeur général de la police, le contrôleur général de police Roger Rafanomezantsoa, au cours d’une série de cérémonies de prise et de passation de commandement qui s’est déroulée à l’Ecole nationale supérieure de la police (ENSP) à Ivato.

Pour ce qui est du cas de cet agent de police tué en service commandé, le directeur général de la police a fait savoir que ses assassins ne resteront pas impunis. «Des recherches sont en cours en vue de retrouver ces bandits. Il faut qu’ils répondent de leurs actes», a-t-il ajouté.

Pour en revenir à la cérémonie d’hier, le contrôleur général de police Erick Michel Wouli Soumah Idrissa, ministre de la Sécurité publique, a indiqué au cours de son allocution que «Dans le contexte actuel, marqué par une série d’actes de violence, la police doit faire montre de responsabilité et de professionnalisme pour être efficace. Par tous les moyens, nous devons éradiquer ces fléaux qui minent la société», a-t-il martelé. Il a également indiqué que la police joue un rôle très important dans la sécurisation du processus électoral.

Il a aussi expliqué que la mission de la police est à la fois périlleuse et énorme. «Nous devons nous donner la main. Soyons dignes, intègres et professionnels», s’est-il exprimé.

Mparany

Trois cérémonies au programme

Trois cérémonies officielles de passation et de prise de commandement ont réuni la grande famille de la police nationale, hier, à l’Ecole nationale supérieure de la police (ENSP) d’Ivato.

La première cérémonie consiste à la prise de commandement du nouveau directeur général de la police nationale (DGPN). Nommé ministre de la Sécurité publique, le contrôleur général de police Erick Michel, ancien directeur général de la police nationale, a passé le commandement au contrôleur général de police Roger Rafanomezantsoa, ancien directeur provincial de la police de Toliara.

Le contrôleur général de police Guy Tran a lui aussi passé la direction et le commandement de l’ENSP au commissaire divisionnaire de police Mandimbin’ny Aina Mbolanoro Randriambelo, la première femme à avoir occupé ce poste à responsabilité.

Après la passation officielle de commandement d’hier avec le commissaire divisionnaire de police Georges Joël Randrianjoanimanana, le commissaire divisionnaire de police Dany Marius Rakotozanany dirigera désormais la Direction provinciale de la sécurité publique d’Antananarivo.

 

Les commentaires sont fermées.