Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Nosy Be : Somaroho, un festival multidimensionnel

Nosy Be : Somaroho, un festival multidimensionnel

Nosy Be tire un trait sur la 5e édition du festival Somaroho. Cet événement est certes le plus jeune dans le paysage des grands festivals nationaux, mais au fil des années, il s’est affirmé comme un tremplin culturel, touristique, économique et sportive de l’Ile aux Parfums.

Du 1er au 5 août dernier, le stade d’Ambodivoanio a été «the place to be» pour les noctambules avertis. Pour une capacité d’accueil de 50.000 personnes, Somaroho a dépassé la barre des 250.000 festivaliers en 5 jours d’affilée, d’autant plus que toutes les soirées se sont jouées à guichet fermé, selon le comité d’organisation.

Le prince du salegy clôture le festival

Le dernier mais pas des moindres, Wawa trônait en tête d’affiche de la soirée de clôture, dimanche dernier.  Sur scène, il a rendu un vibrant hommage à Saïd Guitare, celui à qui il doit la vie.

«L’année dernière, il nous a faits l’honneur de jouer sur les planches de Somaroho. Aujourd’hui, il n’est que justice de rendre hommage à ce grand homme», lance-t-il avant d’interpréter le fameux titre «Collé serré».

Après quelques instants remplis d’émotion, tard dans la soirée jusqu’au lendemain en fin de matinée, le salegy de Wawa a emporté les festivaliers dans une ambiance musicale fiévreuse qui transcende le temps et l’espace.

Et, une tradition bien établie lors du clap de fin de Somaroho. Le public et le comité d’organisation du festival ont entrepris un sondage pour dresser les noms des artistes à inviter lors de la prochaine édition. Si les Nosybéens roulent pour le groupe de hip-hop nigérian P-Square, Wawa quant à lui, va solliciter la star du zouk, Kassav et le rappeur à la renommée mondiale Maître Gims.

«Aucun incident n’a été déploré durant les 5 jours du festival. Il faut conclure que Somaroho a été en parfaite adéquation avec une foule sage, calme et avide d’ambiance festive», s’est félicité Aly Aboudou, maire de Nosy Be.

Spectacle et basket font bon ménage

Il n’y a pas eu que du spectacle. Les inconditionnels du ballon orange ont trouvé leur compte, à l’occasion de la 2e édition du tournoi de basketball «Somaroho», organisé en amont du festival. A l’issue d’une finale pleine de rebondissements au gymnase Toly Laurent, l’Association sportive et culturelle de Boeny (ASCB) a eu raison de l’équipe de la Gendarmerie nationale du basket-ball (GNBC) de Vakinankaratra sur le score serré de 76 à 73.

Nosy Be, capitale du tourisme

Nosy Be a connu une explosion du tourisme, selon les données de l’Office régional du tourisme de Nosy Be (ORTNB) et ce, en partie grâce au festival Somaroho.

«Au départ, l’événement s’est juste focalisé sur la promotion au niveau local. Etant donné  que cette édition a coïncidé avec le 15e anniversaire du groupe Wawa, la communication a eu un écho favorable», a-t-on appris. Cette hausse des touristes étrangers a également été favorisée par l’implantation d’une nouvelle compagnie aérienne dans l’île.

Entre les mois d’août et septembre, l’affluence de touristes nationaux et internationaux est à son comble. Les taux d’occupation hôtelière de Nosy Be atteignent 95% depuis le mois de juillet. Et les opérateurs touristiques s’évertuent  à  maintenir le statu quo jusqu’au mois de décembre.

Montée crescendo du commerce et des frais de transport

Au-delà d’une programmation artistique, le festival a créé une véritable aubaine pour le commerce local. Les prix de la viande ont flambé depuis le début du mois d’août. «Le kilo se vendait à 18.000 contre 20.000 ariary aujourd’hui», avance un boucher.

Enfin, le frais de transports maritime et routier a anormalement été élevé si l’on se réfère aux saisons précédentes. D’après l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF), le nombre de passagers s’est multiplié par 3 dès seulement le premier jour du festival Somaroho.

En moyenne, 100 départs quotidiens ont été enregistrés de 06h00 à 16h00. La traversée en vedette rapide d’Ankify vers Nosy Be coûte 12.000 ariary d’habitude, mais actuellement le trajet coûte 15.000 ariary.

Page réalisée par Joachin Michaël

Les commentaires sont fermées.