Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Hausse des prix – ticket et carburants : les candidats au CEPE, victimes de chantage

Hausse des prix – ticket et carburants : les candidats au CEPE, victimes de chantage

Comme convenu, le collectif des défenseurs des droits des consommateurs et les transporteurs se sont donné rendez-vous à Soarano, pour contester la hausse des prix des carburants, via un sit-in qu’ils ont organisé avant-hier sur les lieux. Le mouvement s’est déroulé dans le calme, mais sa finalité risque de compromettre les consommateurs, dont les candidats au CEPE dans la capitale.

Ce sont les consommateurs qui en sortent toujours perdants. Certains transporteurs, notamment ceux réunis au sein de la coopérative FMA, sous prétexte qu’ils roulent à perte, ont déjà révisé le tarif de leurs frais de transport à la hausse bien avant la récente augmentation des prix à la pompe. Maintenant que le litre du gasoil a atteint le cap de 3.450 ariary, les autres opérateurs de transport et les défenseurs des droits des consommateurs montent au créneau pour protester contre cette décision.

D’où le mouvement de samedi dernier durant lequel le Mouvement des citoyens contre l’inflation (MCI), le Réseau national des défenses de consommateurs (RNDC) et le « Vondron’olona miaro ny zon’ny mpanjifa eto Madagasikara » (VOMZM) et l’Union des coopératives des transports urbains (UCTU) ont uni leurs voix pour interpeller l’Etat afin qu’il agisse, en vue de ne pas pénaliser les consommateurs, qui devront faire face non seulement à la hausse des frais de transport mais également à une inflation généralisée qui va sans doute en découler. Pourtant, à voir la manière dont ces derniers comptent se faire entendre, ce mouvement de contestation risque de porter davantage atteinte aux droits des consommateurs eux-mêmes. Toujours est-il qu’ils ont brandi un arrêt des services de transporteurs en commun dans la capitale, durant le jour des épreuves du CEPE, qui se dérouleront le 14 août, s’ils n’obtiennent pas gain de cause.

2.000 à 2.500 ariary par litre

Plus d’un considère cette disposition contradictoire à la finalité de ce mouvement de contestation puisque ce sont toujours les usagers et les consommateurs, notamment les enfants qui vont passer leurs examens officiels, qui en paient le prix. De leur coté, les manifestants espèrent pouvoir parvenir à leurs fins, en escomptant que les dirigeants vont prendre leurs responsabilités pour éviter que cette éventualité ne survienne. Dans leurs déclarations, rapportées par le président de RNDC, Lita Rabetsara, ces derniers revendiquent la révision du prix du litre du gasoil jusqu’à 2.500 ariary, voire 2.000 ariary, en vue de pouvoir maintenir les frais des transports en commun à leur niveau actuel, notamment de 400 ariary pour les bus. Affaire à suivre !

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.