Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

SEMPAMA NOSY et SYFEMA :  « Nous n’allons pas perturber les examens»

SEMPAMA NOSY et SYFEMA :  « Nous n’allons pas perturber les examens»

Les examens officiels et les examens finaux dans les classes intermédiaires se dérouleront en toute sécurité et dans la sérénité. La déclaration des syndicats des enseignants dont le Sempama Nosy et le Syfema qui poursuivent la grève, permet de s’assurer que les épreuves seront mises à l’abri de toutes éventuelles déstabilisations.

Une victoire de plus pour les élèves. Après la reprise des cours, à 100% dans les établissements de la capitale et les périphéries, qui leur permet de s’atteler aux séances de rattrapage et de préparer les examens de fin d’année, ils peuvent faire face sereinement aux épreuves, contrairement aux craintes de certains parents relatives aux éventuelles déstabilisations qui pourront se produire durant les jours « J ». En fait, les enseignants grévistes, malgré leur décision de poursuivre leur mouvement, ont fait preuve de responsabilité en laissant les examens officiels, tout comme les examens finaux dans les classes intermédiaires,  se dérouler comme il se doit, sans être perturbés par leur manifestation, suivant la déclaration qu’ils ont faite, hier, à Anosy, à l’issue d’une concertation entre les représentants des syndicats issus des régions.

« Nous avons convenu de laisser les examens se tenir normalement, sans aucun dérangement de notre part », a souligné le président du Sempama Nosy, Arsène Ratolojanahary, toutefois  en faisant valoir que lui et ses partisans ne comptent y participer, surtout après que leur requête relative au report d’un mois sur les dates des examens officiels n’a pas eu d’écho favorable de la part du ministère de l’Education nationale (Men). En outre, ces syndicats ont annoncé qu’après la rencontre infructueuse à Mahazoarivo, ils vont poursuivre la bataille comme avant. Une décision qui n’engage que ceux qui veulent emboiter leur pas, à en juger leur déclaration, qui sous- entend qu’ils n’allaient faire ni pression ni obligation aux enseignants qui ont décidé d’honorer leur mission de mener cette année scolaire à bon port.

« Liste B »

Malgré cette annonce qui paraît accablante, le Men a tenu à rassurer les élèves et les parents que les ressources humaines qui vont assurer le déroulement des examens officiels, en passant par les épreuves jusqu’à la correction des feuilles de copies, sont en nombre suffisant. « Comme chaque année, il existe toujours une liste additionnelle, ou « Liste B », de personnel qui va prendre part aux examens officiels, notamment les surveillants et les correcteurs. En cas d’absence de certains d’entre eux, on a recours à cette « Liste B ». En outre, des enseignants des écoles publiques et privées se donnent la main pour ces différentes tâches, qui ne risquent pas d’être délaissées », a soutenu un responsable au sein du Men.  D’ailleurs, les enseignants grévistes sont minoritaires, aussi bien dans la capitale que dans les régions, dans la mesure où une bonne partie d’entre eux a décidé de reprendre le travail. En cas d’absence de personnel dans la liste principale ou « liste A », on fait recours à celui dans la « liste B ».

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.