Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Un projet fâcheux (1)

Il n’est bruit, en ce moment, à Madagascar, que d’un projet de réforme des assemblées élues de la Grande Île, qui se composent de Chambres consultatives du commerce et de l’industrie, de Comices agricoles, d’une Chambre d’agriculture.

D’après ce que nous croyons savoir, ce projet consacrerait une innovation vraiment singulière. Actuellement, les Chambres consultatives de commerce et d’industrie s’occupent des intérêts du commerce et de l’industrie ; les Comices agricoles, de tout ce qui touche à l’agriculture. Cette organisation, pour être parfaite, nécessiterait une séparation entre le commerce et l’industrie, mais dans l’état actuel, elle correspond déjà à une certaine division du travail, à une certaine spécialisation, et la compétence professionnelle des membres de chaque corps peut se manifester utilement.

Si quelques changements devaient être apportés à l’organisation actuelle, il semblerait tout naturel qu’ils soient orientés dans le sens de la division qui vient d’être indiquée. Or, au lieu de séparer le commerce de l’industrie, et de créer pour cette dernière un organe de représentation professionnelle, le projet en question se propose, au contraire, de grouper en un seul corps élu, comprenant commerçants, industriels, mineurs, agriculteurs, les représentants de ces diverses professions dont les intérêts, pour être connexes, n’en sont pas moins différents les uns des autres, voire même quelquefois en opposition.

En raison des conditions requises pour faire partie du corps électoral, et sur lesquelles il est inutile de s’étendre, le projet en question aura pour inévitable effet de sacrifier, pour le plus grand bénéfice du commerce, les intérêts des professions réellement productives, mines et surtout industrie, agriculture.

Cependant, le commerce ne peut exister et se développer que si les autres branches sont florissantes.

Les inquiétudes des agriculteurs sont tout à fait justifiées. En effet, l’assemblée unique, ainsi constituée au chef-lieu de chaque province, déléguera chaque année son président auprès du gouverneur général.

(À suivre.

A. Paris,

Membre du Comice agricole de Mananjary

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.