Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Mois de juillet : bilan alarmant de l’insécurité

Mois de juillet : bilan alarmant de l’insécurité

Neuf cas de kidnapping, 188 vols de zébus et 88 actes de banditisme, c’est le bilan affolant de l’insécurité du mois de juillet dernier. 130 personnes ont trouvé la mort.

Neuf cas de kidnapping ont été signalés durant le mois de juillet dans l’ensemble du pays. Six ont été perpétrés dans la région Menabe, un dans la région Sava et deux dans la province de Mahajanga. Le bilan a été annoncé par le colonel Ravoavy Zafisambatra, directeur de la sécurité et des renseignements (DSR) de la gendarmerie nationale, hier, au cours d’une rencontre avec la presse, au Toby Ratsimandrava Andrefan’Ambohijanahary.

D’après ses explications, les 16 victimes de ces enlèvements ont déjà été toutes libérées et ce, après versement de rançon. A l’issue des enquêtes, dix ravisseurs sont jusqu’ici capturés, dont trois interpellés à Talatamaty mardi dernier dans le cadre du tout récent enlèvement à Tsaratanàna. Un kidnappeur a été tué à Malaimbandy à l’issue d’un accrochage avec les éléments des forces de l’ordre.

En ce qui concerne les vols de zébus, 188 cas ont été signalés au mois de juillet. Près de 6.000 bovidés ont été volés et le taux de récupération ne s’éloigne pas des 60%. 145 dahalo ont été capturés après les interventions.

Concernant les actes de banditisme, 88 attaques à main armée ont été enregistrées le mois dernier. 59 individus ont été interpellés. Deux fusils de chasse et un fusil d’assaut AKM ont été saisis.

Intervention héliportée

Dans le but de rétablir la sécurité dans le pays et surtout dans les zones rouge, près de 350 éléments de renfort ont été mobilisés. «Avant-hier encore, 60 éléments ont quitté le QG de la gendarmerie», a indiqué le colonel Ravoavy Zafisambatra. «La mobilisation d’hélicoptères a permis de localiser les endroits où les kidnappeurs détenaient les otages, comme celui du rapt de Tsaratanàna», a-t-il poursuivi.

La gendarmerie fait appel à la collaboration de tous pour rétablir la sécurité, à compter de la population de base jusqu’aux autorités administratives (district, commune, préfecture…).

Ando Tsiresy

Les commentaires sont fermées.